Jour 3 – Visite du musée de l’Ermitage

J3_Saint Pétersbourg

Après une bonne nuit de sommeil et un petit dej à l’auberge de jeunesse, nous partons à la découverte du musée de l’Ermitage et du palais d’hiver. Pour cela, nous remontons toute la perspective Nevski, qui nous offre de belles vues sur les canaux de Saint-Pétersbourg. Le musée de l’Ermitage est situé tout au bout de cette longue avenue, sur la place du Palais. L’Ermitage est constitué d’un alignement de plusieurs palais sur les bords de la Neva (petit Ermitage, Grand Ermitage, Palais d’Hiver). Le bâtiment le plus célèbre, avec sa façade verte aux fenêtres encadrées de blanc et ses statuts dorées, est vraiment somptueux. Juste en face du musée se trouve le bâtiment de l’Etat-Major.

Le musée de l’Ermitage et la place du Palais

Bâtiment de l’Etat Major (situé juste en face du musée)

La colonne d’Alexandre, en plein centre de la place du Palais

Nous achetons notre ticket d’entrée au musée (400 RB par personne soit 10€) et nous nous munissons d’un audioguide avant de  partir explorer les nombreuses salles du musée. Nous commençons par monter les marches de l’escalier du Jourdain, qui nous laisse bouche bée.

Escalier du Jourdain

Puis nous découvrons petit à petit les différentes salles du musée, qui sont toutes plus belles les unes que les autres. Voici une description synthétique des quelques salles que avons vues. Tout d’abord, la salle Pierre-Le-Grand dont les murs sont recouverts de velours de lion de couleur rouge et le parquet est composé de 9 essences de bois rare. Nous poursuivons par la salle aux armoiries, grande de 1000m², qui accueillait autrefois les dîners de galas avant de se transformer en salle principale de l’hôpital durant les 2 guerres mondiales. Cette salle porte son nom en raison des écussons avec les armoiries des provinces russes fixées aux lustres servant à rappeler aux personnes pénétrant à l’intérieur de la pièce, l’organisation de l’état russe. Les colonnes et les lustres dorées sont vraiment éblouissants, on s’imagine parfaitement l’ambiance des dîners de galas, avec les convives en costumes en train de danser la valse !

On a été fascinés par les lustres et les colonnes dorées !

Ecusson sur un des lustres de la salle aux armoiries

Ensuite, la galerie de la guerre patriotique de 1812, qui fut créée en l’honneur de la victoire sur les troupes de Napoléon. On y trouve plus de 300 portraits de généraux russes peints par le portraitiste anglais George Dawe. Nous sommes impressionnés par tous les visages de ces généraux qui se sont battus pour défendre leur pays.

La salle de Saint-Georges appelée également grande salle du trône est réputée pour être conçue avec « des dimensions parfaites ». Les décors du plafond suspendu en cuivre doré se reflètent à l’identique sur le parquet, composé de 16 essences de bois différentes. C’est absolument bluffant !

La salle du pavillon est composée d’un riche décor avec ses colonnes de marbre,  lustres et balcons en bronze doré. Sur le sol de la pièce se trouve une mosaïque qui est une copie d’un ouvrage antique du Vatican. Cette salle est également célèbre pour l’horloge du Paon, cadeau du comte Potemkine à Catherine II. Elle est constituée de quatre mécanismes reliés par des ressorts. Il y a une pendule proprement dite qui donne l’heure, mais aussi une libellule qui indique les secondes, un coucou géant, un paon qui fait la roue, une chouette qui s’anime, un coq qui chante : un vrai trésor de technologie !

Salle du pavillon

Nous poursuivons par la salle Léonard de Vinci, dans laquelle sont exposés les tableaux de la Madone Benois, qui pourrait la première œuvre de Léonard De Vinci et de la Madone Litta, représentant une vierge à l’enfant en train d’allaiter.

Nous découvrons bien d’autres salles aussi fascinantes les unes que les autres.

Nous avons passé ½ journée à visiter le musée mais nous aurions pu y passer facilement la journée complète tellement la richesse de ce musée est stupéfiante. Il mérite largement sa réputation et pour nous qui d’habitude ne sommes pas très attirés par les musées, on avoue que là, nous avons été bluffés ! Visiter l’Ermitage, c’est un peu comme manger une énorme tartiflette après une bonne journée de ski… c’est le bonheur !

Nous profitons du beau temps pour nous balader sur les bords du fleuve de la Neva, nous apercevons au loin l’Ile de Vasilievsky et la forteresse Pierre-et-Paul que nous irons visiter demain. Nous allons ensuite nous reposer un moment dans le jardin d’été, un parc vraiment charmant, d’où nous apercevons les dômes colorés de l’église du Sauveur-sur-le-Sang.

Jardin d’été

Le soir, nous dînons dans un resto russe sur la perspective Neski, la carte est relativement chère et nous portons notre choix sur des pancakes au caviar rouge et des sortes de ravioles russes à la viande ! Bon mais assez cher, il est difficile de trouver des restos bons marchés car tout est écrit en russe, et bien souvent, les cartes ne sont pas affichées à l’extérieur.

Pour finir la journée, nous prenons quelques clichés de la perspective Nevski by night, avec ses belles couleurs du soir… avant de rentrer faire dodo !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *