Jour 4 – Île Vasilievsky et forteresse Pierre-et-Paul

J4_Saint PétersbourgNous commençons la journée par un ptit détour par la billeterie ferroviaire centrale dans le but d’acheter nos billets de train pour Moscou. Auparavant, nous avions demandé à la réceptionniste de notre auberge de nous écrire en russe sur un papier les détails de notre trajet : date, heure, destination, nombre de tickets,… afin de nous faciliter les choses.

Une fois arrivés à la gare, nous nous dirigeons vers un premier comptoir d’information pour connaître les horaires de train mais malheureusement, l’hôtesse d’accueil ne parle pas un mot d’anglais… elle nous accompagne vers un second guichet et nous fait comprendre que la personne parle anglais. Nous la remercions et attendons notre tour. Lorsque nous arrivons devant le guichet, nous effectuons notre demande en anglais mais le regard dubitatif de la guichetière nous fait comprendre que celle-ci ne parle pas non plus anglais et que la partie est loin d’être gagnée. Nous lui montrons alors le papier écrit en russe … ouf ! Cela débloque enfin la situation, elle semble décidée à nous aider !

Nous rajoutons quelques mots de russe que nous trouvons dans notre guide et bien que notre prononciation ne soit pas idéale, elle a l’air d’apprécier. Elle cherche dans son ordinateur les trains disponibles aux horaires indiqués sur le papier. Malheureusement, pour le train que nous voulions, il ne reste plus que des places en “koupe” (2ème classe) à 2620 RB (63€) alors que nous cherchions des places en “Platskart” (3ème classe), beaucoup moins chères. L’hôtesse nous propose un autre train et après quelques minutes de réflexion, nous décidons d’acheter les billets qu’elle nous propose. Nous partirons donc pour Moscou dans la nuit de vendredi à samedi, à 2h du matin pour arriver à 12h. L’avantage de ce train (malgré ses horaires) est que nous voyagons en platskart, de nuit (pour économiser l’hotel) et à un prix défiant toute concurrence (820 RB soit 20€, 3 fois moins cher que la 2ème classe). Ce voyage en 3ème classe nous permettra de tester le confort de cette classe de voyage avant de nous lancer dans l’achat de nos billets transsibérien.

Satisfait de notre 1ère action du jour, nous quittons la gare et partons à grands pas en direction de l’île Vasilievsky. Depuis cette île, la vue sur Saint-Pétersbourg est vraiment éblouissante, malgré le temps un peu maussade. A la pointe est de l’île, appelée la “strelka”, se trouve deux colonnes rostrales hornées de proues de navires, qui servaient de phares dans les années 1800. Nous croissons de nombreuses limousines qui s’arrêtent au pied des colonnes : plusieurs couples de mariés viennent célébrer leurs noces et prendre quelques photos sur les bords de la Neva. Il semblerait que les jeunes couples s’offrent le luxe d’une limousine pour ce jour unique. Malheureusement aujourd’hui ils ne sont pas bien gâtés par la météo.

Limousine type “wedding” (les mariés se font photograpier pas bien loin)

Nous poursuivons notre route en direction de la forteresse Pierre-et-Paul, qui est le plus ancien monument de Saint-Pétersbourg. Construite en 1703 par Pierre-le-Grand pour servir de remparts contre les Suédois, elle servit principalement de prison politique jusqu’en 1917. A l’intérieur de la forteresse, se trouve la Cathédrale Saint Pierre-et-Paul, surmontée d’une fine flèche dorée, haute de 122m. Au sommet de la flèche se trouve un ange tenant une croix, qui est un des symboles le plus important de la ville.

Cathédrale Saint Pierre-et-Paul

L’alphabet cyrillique ? Pfff trop facile !

Me voilà assise sur les genoux de Pierre-le-Grand

Nous décidons d’acheter des tickets pour visiter ce monument. Nous nous mettons en mode baroudeur à la recherche de la moindre économie : en effet, la veille, Nico avait réussi à obtenir le tarif étudiant pour la location d’un audioguide (sans présenter de justificatif) lors de la visite de l’Ermitage. Nous tentons de renouveler l’expérience pour bénéficier de la réduction étudiante (90RB au lieu de 200RB au tarif normal). Devant nous, un groupe d’étudiants russes se voit demander leurs cartes par la guichetière pour obtenir leur réduction. Nous croisons les doigts pour qu’elle ne nous réclame par les nôtres. Une fois au guichet, on demande poliment 2 places au tarif étudiant (en prenant soin de dire “bonjour” en russe – “zdrast-vouyt-ye” – et de faire notre plus beau sourire)… et ça passe ! Fingers in the nose, nous repartons avec nos 2 tickets au tarif étudiant et une belle économie de faite !

Au cours de la visite de la cathédrale, nous découvrons qu’elle abrite la nécropole de la famille impériale et comprend les dépouilles des tsars et tsarines russes depuis Pierre-le-Grand (1725) jusqu’à Nicolas II (1918). Nous apprenons cela en tendant l’oreille près d’un guide accompagnant un des rares groupes de touristes français.  Nous admirons l’intérieur baroque, constitué de beaux décors dorés et de somptueux lustres de cristales ainsi que le plafond orné de belles peintures. En dehors de cela, nous trouvons la visite intéressante mais pas non plus sensationnelle. Ca valait quand même la peine de jeter un oeil à l’intérieur !

Nous repartons ensuite en direction de la gare de Vitebsk Vodzal, considérée par notre Lonely Planet comme étant parmi les plus belles gares de Russie. Cette gare datant de 1837 est la plus ancienne et la plus élégante de Saint-Pétersbourg. On se dit que ça vaudrait peut-être le coup d’aller la voir ! On prend donc le métro pour s’y rendre et une fois sur place, le résultat n’est pas vraiment à la hauteur de nos attentes car d’après le guide, on s’imaginait vraiment un truc grandiose et imposant et nous arrivons face à un bâtiment typique d’une gare, assez imposant mais pas particulièrement exceptionnel.

Gare de Vitebsk Vodzal

Ce détour nous aura tout de même permis de découvrir une autre partie de la ville. Nous en profitons pour dîner avant de reprendre la route de notre auberge.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *