Jour 7 – Le train n°219 pour Moscou !

J7_MoscouNotre voyage en train de Saint-Pétersbourg à Moscou :

Notre journée commence vraiment tôt puisque ce matin, nous prenons le train de 2h10 pour Moscou ! Nous avons décidé de voyager en 3ème classe “plaskartny” pour tester le confort de cette classe de voyage avant de nous lancer dans l’achat de nos billets transmongolien. Nous arrivons donc avec un peu d’avance à la gare et patientons gentiment assis dans les marches d’escalier.

La gare de Moscou (à Saint-Pétersbourg)

La Russie est réputée pour la ponctualité de ses trains et le nôtre ne déroge pas à la règle, il rentre en gare avec plus d’1/2h d’avance ! Nous nous dirigeons vers notre quai et cherchons notre voiture, nous sommes en voiture 1, pratique, c’est la toute première ! Pas besoin de courrir à l’autre bout du quai avec les sacs. En attendant que les portes du train s’ouvrent, nous papotons avec une russe originaire de Saint-Pétersbourg, qui se rend à Moscou pour son travail. Au moment de monter dans le wagon, le contrôleur check nos billets et nous demande nos passeports : tout est en règle, nous pouvons monter à bord !

Nous pénétrons à l’intérieur de notre wagon et cherchons nos couchettes : nous sommes aux places 11 & 12 (un lit en haut, un lit en bas). Nous trouvons nos places sans difficulté (il faudrait être fort pour se perdre dans le wagon!), nous sommes face à un jeune couple de russes qui ont l’air bien sympas. Ils nous demandent si nous pouvons échanger nos places car ils préfèrent dormir de l’autre coté. Ok pas de soucis pour nous, ça nous est égal, nous échangeons nos places.

Dans la classe plastkart, il y a 54 couchettes et le wagon n’est pas compartimenté c’est-à-dire qu’on dort tous ensemble et qu’on partage la vie de 54 autres personnes (52 pour être exact si on ne se compte pas). Autant dire que si y’en a 1 qui ronfle ou qui est malade, il en fait profité 53 autres !  Chaque personne dispose d’une couchette qui sont organisées de la façon suivante : il y a 4 couchettes (2 lits en haut, 2 lits en bas qui se font face avec une petite table au milieu et une fenêtre) qui sont perpendiculaires au couloir et deux autres couchettes superposées le long du couloir, et ainsi de suite dans tout le wagon. Les couchettes du bas servent généralement d’endroits où s’assoir pour manger,… et passer la journée.

Sur les couchettes, on peut trouver une sorte de matelas (qui ressemble davantage à un couette épaisse qu’à un matelas) roulé en boule avec un oreiller à l’intérieur. On nous distribue des draps, taies d’oreiller, serviettes de toilette et des couvertures sont à disposition sur chaque couchette. Chacun commence à faire son lit, il n’y a pas beaucoup de place donc ça demande un peu d’organisation mais ça nous met tout de suite dans le bain. Le contrôleur passe une seconde fois dans le wagon et recontrôle les billets (pour quoi faire ?) et il nous demande si nous voulons des places plus confortables (en gros, il nous propose de dormir dans son compartiment car les controleurs sont 2 par compartiment). Il nous propose bien évidemment tout cela en russe mais notre voisin nous traduit ça en anglais. Nous lui répondons poliment que c’est très gentil mais qu’on va rester là (évidemment, il n’a pas dû comprendre puisqu’il ne parle pas un mot d’anglais).

Etant donné qu’il est déjà 2h passées, nous sommes bien crevés et on ne traîne pas longtemps avant de nous coucher. Je (Véro) mets mes boules Quiès et mon truc sur les yeux (indispensables) et hopopop au dodo, c’est parti pour 8h de sommeil sans bouger ! On se réveille à 10h, encore 2h de trajet avant d’arriver. Dehors le paysage défile, la campagne russe et des petites maisons, de temps en temps un petit lac. Le temps est gris. On déjeune quelques tranches de brioche avec de la confiture maison (poire-cannelle home made by papa Véro ^^) et du jus de fruits (qu’on avait acheté auparavant à Saint-Pétersbourg) puis on range nos couchettes, le contrôleur passe récupérer les draps usagés, c’est la queue aux toilettes (forcément, un toilette pour 54, ça complique un peu les choses) ! Le couple de russes nous laisse leurs coordonnées, ils ont l’air vraiment adorables, malheureusement la barrière de la langue nous aura empêché de communiquer davantage avec eux…

12h15 : nous arrivons comme prévu en gare de Moscou. Nous sommes super content de notre voyage en train. On a trouvé ça vraiment authentique de voyager en 3ème classe c’est l’occasion de côtoyer d’autres personnes (surtout des russes) et même de sympathiser. Et puis le train est vraiment ancré dans leur culture, ils sont un peu comme à la maison, chacun fait sa petite vie, c’est vraiment une expérience à vivre !

Arrivée à Moscou !

Nous prenons le métro puis nous nous rendons à notre auberge de jeunesse. A première vue, Moscou à l’air très différente de Saint-Pétersbourg : beaucoup plus de circulation et bien plus grande aussi, une vraie capitale quoi ! Nous sommes installés dans un dortoir de 6 personnes mais nous ne sommes que 4. Nous partageons la chambre avec deux soeurs russes qui ont l’air bien fêtardes ! On prend une douche puis on repart se ballader dans Moscou. Il pleut, il pleut de plus en plus, on cherche quelque part où manger, on s’aperçoit que nous n’avons plus notre guide de voyage (notre bible en quelque sorte), on fait demi-tour, on l’avait oublié à l’auberge de jeunesse… la pluie nous décourage de remettre le nez dehors, on se connecte à Internet pour se renseigner sur les horaires des trains pour Irkutsk et on décide de filer à la gare pour acheter nos billets.

L’achat de nos billets transmongolien … une aventure à elle seule !

Etant donné que personne ne parle anglais dans les gares, Nico décide d’écrire en russe sur un papier tous les détails de notre voyage : numéro du train, date, horaires, nombre de billets et classe de voyage. Ca nous facilitera la tâche ! Il s’aide pour cela du Lonely Planet dans lequel certains mots sont écrits en alphabet cyrillique dans le petit lexique tout à la fin du guide… trop fort ce Lonely Planet.

Une fois arrivés à la gare, on se rend à un 1er guichet, nous montrons notre papier (très fiers d’avoir écrit quelque chose en cyrillique !) et la personne nous renvois immédiatement vers un autre guichet. Nous nous rendons à un second guichet, de nouveau, la personne nous indique un autre endroit où acheter nos billets… c’est pas gagné ! Dehors, la pluie ne cesse de tomber. Nous nous rendons à l’endroit indiqué, cette fois-ci, ça à l’air d’être le bon ! On fait la queue en faisant attention de ne pas nous faire gruger (les russes sont professionnels pour ça, ils te passent devant comme si tu étais transparent, comme s’ils étaient prioritaires par rapport à toi qui fait la queue poliment depuis 10 min !) et une fois devant le guichet, nous montrons notre papier à la dame. Elle a l’air de tout de suite comprendre ce que Nico a écrit, elle tape sur nous ordinateur, nous explique qu’il n’y a plus que des couchettes “en haut” de disponible et que le prix est de 9000 roubles mais que nous ne pouvons pas payé par carte (alors que les logos visa & mastercard sont affichés en gros sur son guichet… allez comprendre pourquoi !?). Evidemment, nous n’avons pas 9000 roubles comme ça sur nous, donc nous voilà partis à la recherche d’un distributeur. On en trouve un 1er dans la gare… échec, il rejette notre carte sans nous donner l’argent ! On en trouve un 2nd dans la gare juste à coté… pareil ! M%@!§# (crotte de bique) ! On est dimanche et les guichets des gares ferment tôt, il va falloir faire vite ! Nous trouvons un 3ème distributeur, deux dâmes tentent de retirer de l’argent mais n’y arrivent pas, c’est notre tour mais nous nous plus, ça ne marche pas ! Décidemment, on a la poisse ! Nous décidons donc de sortir de la gare et de trouver une banque. On marche un peu au hasard, sans trop savoir où nous allons mais par chance, nous tombons nez à nez avec une banque ! Cette fois-ci, nous parvenons à obtenir notre précieux pécule pour acheter nos billets et nous retournons à la gare. Nous faisons de nouveau la queue au guichet. Puis nous montrons notre papier, la guichetière (pas la même que la 1ère) tape de nouveau sur son ordinateur et nous indique le prix… moins cher !!! De 9000 roubles nous passons à 7600 roubles… allez savoir pourquoi ? Nous n’avons pas compris ! Mais bon tant mieux, ça joue en notre faveur ! Nous payons donc nos billets, la guichetière n’ai pas aimable pour deux sous, elle tire la gueule, nous parle en russe alors qu’elle sait très bien qu’on y comprend rien et nous rend nos passeports (si elle avait pu nous les jeter à la figure, je pense qu’elle l’aurait fait !) bref, vive l’amabilité des russes ! Le principal, c’est que nous soyons repartis avec nos billets de train, et qui plus est, pour le train que nous voulions et en économisant 1400 roubles en l’espace de 30 min ! Plutôt pas mal !

Nous sommes affamés après toutes ces péripéties, nous décidons d’aller manger un bout dans le quartier de l’Arbat. Nous trouvons un petit resto dans la rue Arbat, qui est une rue piétonne de plus d’1 km. c’est également une des artères les plus célèbres de Moscou, dans laquelle nous pouvons trouver plein de petits resto à tous les prix. A table, nous discutons avec deux français qui sont assit juste à coté de nous : l’un d’eux vient de Paris et le 2nd est russe mais nous l’avions pris pour un français car il maîtrise parfaitement la langue. Il a vécu plusieurs années en France et a fait ses études à la Sorbonne, il est trader à Moscou, bref, le mec c’est plutôt une tronche !

Nous rentrons ensuite faire dodo à l’auberge de jeunesse. Demain, nous partirons à la découverte de Moscou (en espérant que la météo soit plus clémente) !

Nico mange un “bortsh” (une soupe de betteraves)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.