Jours 43 à 47 : Notre trek autour des Annapurnas – Partie I

 Du 16 au 20 octobre 2011

J43a47_Trek Annapurnas I

1er jour : de Pokhara à Ngadi Bazaar (930m) – Durée : 5h de bus / 1h30 de marche

Il est près de 5h30 lorsque notre réveil sonne… pas de temps à perdre car le bus part à 6h30. Nous bouclons nos sacs et filons rejoindre le taxi driver qui nous attend dans le jardin. La 1ère étape du jour consiste à rejoindre en bus la ville de Besisahar (point de départ du trek) située à 5h de bus de Pokhara. Nous voyageons à bord d’un bus local et effectivement, la majorité du bus est occupée par des locaux. Au fur et à mesure que nous avançons, les bus se remplit encore et encore mais pas de soucis, y’a de la place pour tout le monde. Nous arrivons à Besisahar à 11h30 et après avoir fait tamponné nos permis de trek, nous montons dans un second bus qui doit nous conduire jusqu’au village de Bhulbhule, à environ 10km de là. Nous suivons une piste poussiéreuse, nous sommes secoués dans tous les sens mais ça fait bien rire les locaux autour de nous ! Nous croisons d’autres bus archi-blindés, les gens sont entassés à l’intérieur et sur le toit mais ils ont toujours le smile et nous lancent des « namaste », ça fait plaisir cette positive attitude !

Un peu avant Khudi, nous entendons comme un bruit de fuite d’air, un peu comme si un gros ballon se dégonflait… le bus s’arrête le long du chemin, pas de doute, c’est la crevaison ! Nous décidons de continuer à pied car ça risque de prendre un certain temps pour changer le pneu. Nous sautons du bus, attrapons nos sacs et nous nous mettons en marche… ça nous apprendra à vouloir prendre le bus au lieu de marcher, non mais ! Nous nous arrêtons pour une pause déjeuner au village de Bhulbhule puis nous nous remettons en marche jusqu’à Ngadi Bazaar, traversons notre premier pont suspendu (le 1er d’une longue série), au-dessous de nous le torrent coule à grand flots, il s’agit de la Marsyangdi River que nous remonterons pendant un bonne partie du trek. Une heure trente plus tard, nous arrivons à Ngadi Bazaar et nous décidons de nous arrêter là pour aujourd’hui.

Nous trouvons sans problème une guesthouse, la chambre est gratuite à condition que nous prenions le diner et le petit dej chez eux… ma foi banco ! Nous passons la fin d’après-midi dans le jardin de la guesthouse à étudier notre parcours du lendemain. Très vite, la pluie commence à tomber… de grosses gouttes et mêmes quelques coups de tonnerre. Nous filons nous mettre à l’abri, la pluie redouble d’intensité et tambourine sur le toit en taule dans un bruit assourdissant. Nous dinons tôt à la lumière de la bougie puis filons nous coucher pour être en forme demain matin !

2ème jour : de Ngadi Bazaar (930m) à Chyamche (1430m) – Durée : 8h30

Le réveil nous tire du lit à 6h15, nous venons de dormir plus de 10h ! On jette un coup d’œil par la fenêtre, le temps à l’air dégagé… cool ! On se prépare puis on file avaler notre petit dej : un banana muesli et un thé. Nous nous mettons en marche à 7h20, c’est super agréable de marche à la fraiche, c’est calme et les principales personnes que nous croisons sont des locaux.

Nous suivons pendant un moment un berger avec son troupeau de mules, il se rend au prochain village, Bahundanda. Après une petite pause goûter, nous nous remettons en marche. Nous croisons de nombreux porteurs acheminant de lourdes charges maintenues par une sangle posées sur leur front. Le tout avec seulement une paire de tongs au pied et dans les cailloux… ils sont incroyables ! Parmi les charges les plus improbables que nous ayons vues, les cagettes de poules ! Le porteur avait 4 cages remplies d’une vingtaine de poules qui piaillaient et gigotaient dans tous les sens. Nous en croisons un autre qui porte des cagettes remplis de bouteilles de coca en verre, probablement à destination des touristes… certains portent facilement 50 à 60kg, voire plus, c’est vraiment impressionnant !

A midi, nous faisons une pause Dal Bhat (le plat népalais par excellence) au village de Syange. Ce plat est composé de riz, d’une soupe de lentilles (le dal) et de légumes au curry, servis à volonté pour le plus grand bonheur de notre estomac. Une fois rassasiés, nous poursuivons notre chemin jusqu’à Chyamche. Nous sommes quasiment seuls sur le chemin et passons à côté d’immenses cascades de plus de 200m de haut ainsi que des plantations de Marijuana, qui poussent le long du chemin comme de la mauvaise herbe. Nous nous arrêtons au village de Chyamche, trouvons un lodge pour la nuit (de nouveau, nous aurons la chambre gratuite !) et après une douche chaude et quelques étirements, nous descendons boire un bon milk tea. Nous sympathisons avec un couple d’italiens (Martina et Alberto) avec qui nous parlons montagne et ski de rando. Ils sont là pour leur voyage de noces et nous les reverrons tout au long du trek. A 20h, nous montons nous coucher, une bonne nuit de sommeil nous fera le plus grand bien !

 

3ème jour : de Chyamche (1430m) à Bagarchhap (2160m) – Durée : 7h

Je me réveille avec cette sensation désagréable de ne pas avoir assez dormi… et pourtant, nous avons dormi 9h ! Pas de temps pour les lamentations, on descend prendre notre petit dej’ (banana pancake avec du miel) et c’est reparti ! Le début du chemin est plutôt tranquille, on descend puis on remonte progressivement toujours le long de la rivière, permettant à nos mécanismes de se remettre en route en douceur. De nouveau, nous croisons de nombreux porteurs (dont une armoire sur pattes !) et des locaux qui ont toujours le sourire et nous lancent des « namaste » lorsqu’ils nous voient. Le torrent en dessous de nous est de plus en plus déchainé, il doit y avoir un courant de malade vue la vitesse à laquelle l’eau descend et s’éclate contre les rochers. Aujourd’hui, le chemin est assez régulier et les villages sont proches les uns des autres, nous permettant de faire des étapes relativement courtes.

En début d’après-midi, nous traversons le village de Dharapani, très joli petit village d’influence tibétaine où tout est en pierre : les maisons, les murs, et le chemin ! Nous poursuivons notre route jusqu’à Bagarchhap, à 45 min de là. Il est encore tôt et après avoir pris une douche et fait une petite lessive, nous filons nous balader dans le village. Nos pas nous mènent jusqu’au sommet du village où se trouve une école, nous entendons les enfants en train de chahuter dans la cour de récréation. La classe a l’air d’être terminée. Ils sont surpris de nous voir et courent vers nous pour nous proposer de jouer au ballon puis nous posent tout un tas de questions sur ce que nous faisons, où nous allons, etc. Peu de temps après, la cloche sonne et les enfants se précipitent vers la sortie pour rentrer chez eux. On en profite pour jeter un œil dans les salles de classe qui sont minuscules, c’est vraiment le confort rudimentaire ! Nous poursuivons notre petit tour de village et atterrissons cette fois-ci devant l’entrée d’une maison. Un homme et une femme sont en train de cuisiner à l’extérieur et ils nous font signe d’approcher. Nous entrons timidement mais le gars est souriant et nous met tout de suite à l’aise. Il nous montre ce qu’il fait et nous échangeons quelques mots. Nous sommes rejoints par une fillette de 9 ans qui est sa nièce. Elle a l’air ravie de pouvoir papoter avec nous et parle très bien anglais pour son âge ! Elle va nous couper 3 grosses roses  qu’elle vient me glisser dans les cheveux puis elle nous présente son petit frère et son papa. Ces gens sont vraiment adorables et d’une profonde gentillesse. A aucun moment les enfants ne nous ont réclamé la moindre somme d’argent (ce qui était souvent le cas jusqu’à présent lorsque nous traversions un village), ils étaien t juste contents de pouvoir partager ce moment avec nous.

Après ce bon moment, nous rentrons nous mettre au chaud à l’auberge. Il n’y a quasiment personne ! Nous nous réchauffons autour d’un milk tea avant de diner et comme à notre habitude depuis le début du trek, nous nous couchons à l’heure des poules !

 

4ème jour : De Bagarchhap (2160m) à Chame (2670m) – Durée : 6h30

Notre premier geste au réveil consiste à tirer les rideux… il est 6h15 et nous apercevons au loin le lever du soleil sur le sommet de l’Annapurna II ! Ça semble encore bien loin et tout petit mais nous sommes au taquet car c’est la première fois que nous apercevons un sommet ! Ca nous motive à fond pour commencer la journée et se rapprocher encore des montagnes ! Malgré tout, le début de la journée sera un peu difficile pour moi, je me sens toute flagada et mes jambes refusent d’avancer. Je suis surement partie trop vite ! Heureusement, Nico est là pour m’imposer un rythme plus lent et plus régulier. Pendant un long moment, nous marchons au cœur d’une grande forêt, les odeurs de pin et de résine viennent nous chatouiller les narines, c’est très agréable ! Nous traversons quelques petits villages et croisons de nombreux troupeaux de mules et de chèvres.

Derrière nous se détache le sommet enneigé et gigantesque du Manaslu, qui culmine à 8162m (un géant de l’Himalaya) et il nous accompagnera pendant une bonne partie de la journée. Puis, au détour d’un virage, nouvelle récompense après 3 jours de marche : nous sommes face à l’Annapurna II, celui-là même que nous apercevions ce matin depuis la fenêtre de notre chambre et qui nous semblait encore si lointain et qui maintenant semble si proche ! Il se détache sur le ciel bleu, tellement majestueux ! Nous sommes impressionnés par ce sommet qui flirte avec les 8000m (7937m très précisément, ce qui fait de lui le second sommet des Annapurnas – d’où son nom). Il est là, face à nous, comme pour nous dire « ok les mecs, vous avez marché 3j alors je vous montre le bout de mon nez mais si vous voulez voir les autres, il va falloir continuer ! », ça nous laisse sans voix et ça nous motive encore plus pour poursuivre.

On commence à apercevoir Annapurna II

Peu de temps après, nous retrouvons Alberto et Martina pour notre pause Dal Bhat puis nous poursuivons jusqu’à Chame, notre étape pour aujourd’hui. Après une petite sieste, nous allons tremper nos pieds dans les sources chaudes toutes proches, la température est idéale pour détendre nos muscles après cette journée de marche ! Nous sommes entourés par des népalaises qui profitent de l’eau chaude pour faire leur lessive. Notre poursuivons ensuite notre ballade dans le village, doté d’un grand chorten, sorte de murs pleins de moulins de prière où il faut toujours passer du côté gauche en faisant tourner les moulins avec les main droite, comme le veut la tradition religieuse.

Nous dormons dans le même lodge qu’Alberto et Martina et passons la soirée avec eux autour du poêle. La température diminue progressivement plus nous grimpons en altitude. Ce soir c’est manches longues et polaire !

5ème jour : de Chame (2670m) à Upper Pisang (3300m) – Durée : 6h30

Après avoir avalé notre petit dej (pancake à la confiture et muesli aux pommes), nous entamons notre 5ème journée de marche, suivis de près par nos copains italiens. Nous sortons progressivement de la forêt et pendant un long moment, nous logeons une falaise avec le torrent en contrebas. Certains passages sont un peu vertigineux et le chemin est parsemé d’éboulis par endroit, signe qu’il peut y avoir des glissements de terrain à tout moment (rassurant !). Au cours d’une pause, nous papotons avec trois anglais qui eux font le tour en VTT, ils passeront le col avec leurs vélos sur le dos… courageux ! Nous pénétrons de nouveau au cœur d’une épaisse forêt de pins. Nous apercevons de temps à autre des ouvriers qui creusent la roche à la force de leurs bras afin de prolonger la route des jeeps. On se pose des questions sur le devenir de ce trek dans les 10 prochaines années… le tour des annapurnas s’ouvrirait-ils au tourisme de masse ? Affaire à suivre…

Aux alentours de 11h, nous passons la barre des 3000m et nous nous arrêtons peu de temps après au village de Dikhur Pokhari pour notre pause Dal Bhat quotidienne (on va bientôt pouvoir faire un classement officiel des meilleurs Dal Bhat du trek !). Les cartes des restos sont bien souvent fournies de tout un tas de trucs destinés uniquement à satisfaire le besoin des touristes (genre pizzas, momos, spaghettis bolognaises, bières, j’en passe et des meilleures…) alors qu’un bon Dal Bhat, le plat local qui ne coute pas cher en énergie et facile à faire, ça devrait être le plat unique du trek. N’oublions pas que nous sommes dans la montagne et c’est à nous de nous adapter, pas l’inverse ! Bref, petite parenthèse coup de gueule refermée.

Nous nous remettons en route en direction de Upper Pisang, pour le moment, nous ne ressentons aucun effet de l’altitude mais nous savons qu’à partir de 3000m, il faut y aller molo, le mal des montagnes peut frapper à tout moment ! Aujourd’hui, nous apercevons la paroi lisse et rocheuse du « Paungda Danda » qui témoigne de la présence d’un glacier à cet endroit il y a fort fort longtemps ! La paroi est tellement lisse qu’on pourrait descendre du haut en bas sur les fesses sans problème ! Nous grimpons le sentier qui mène à Upper Pisang, perché à 3300m et sommes parmi les premiers à arriver. Nous sommes accueillis par quelques habitants en train de battre du blé à grand coup de bâtons.

Au premier abord, le village semble tout délabré, on pourrait croire qu’il y a eu un bombardement ici mais en réalité, c’est super mignon ! Nous trouvons une chambre sans problème et papotons avec deux français qui vadrouillent entre l’Inde et le Népal. Nous partons ensuite faire un tour dans le village et grimpons jusqu’à un petit monastère tout neuf et coloré. Les moines tibétains sont en pleine méditation, on s’esquive discrètement pour ne pas les déranger. Ce soir, le vent est glacial, on dirait que le temps est en train de changer.

Et si t’as froid à 3300m tapes dans tes mains !!

Nous dinons avec les autres trekkers dans la minuscule salle commune où il n’y a que deux tables, l’ambiance est très conviviale et chaleureuse ! Parmi eux, un autre français, deux allemands, un polonais, une australienne et une néo-zélandaise, qui ont à peu près notre âge. Nous filons ensuite nous coucher car demain, une longue journée de marche nous attend.

Magnifique couverture top moumoutte !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *