Jours 57 à 59 : Du repos à Pokhara, au son des “ôm mani pedme ôm” !

Du 30 octobre au 1er novembre 2011

J57à59_Pokhara

Nico chez le coiffeur népalais !

Après nos 15 jours de trek et avant de partir pour l’Inde, nous nous sommes accordés trois bonnes journées de repos à Pokhara ! Haaa qu’est-ce que ça fait du bien de se poser et de buller au soleil… un vrai bonheur ! Mais faut pas croire, on a pas fait non plus que buller pendant ces trois jours. On a commencé par faire un grand nettoyage de printemps de nos fringues de trek qui en avaient bien besoin car après 15 jours de trek, on vous passe les détails des odeurs… des t-shirts aux semelles des chaussures, tout y est passé ! Qu’est-ce que ça fait du bien d’avoir des fringues qui sentent la lessive !

On a aussi revendu une partie de notre matériel de trekking dans une petite boutique de Pokhara : batons de marche, gants, sous-vestes,… On a récolté 1500 Rs pour le tout (env 15€), c’est toujours ça de pris ! Et puis on s’est fait des petits dej’ gigantesques dans une petite gargotte qui fait trop bien la cuisine… la montagne nous a creusé l’appétit !

Nico en a profité pour faire un tour chez le coiffeur népalais qui ne payait vraiment pas de mine au premier abord. Finalement, pour 200 Rs (2€), il a eu droit à une bonne coupe aux ciseaux et à un massage du cuir chevelu ! Ca valait le coup ! Et puis on en a aussi profité pour mettre à jour le blog, trier quelques photos, écrire notre carnet de voyage, skyper nos familles, envoyer des cartes postales etc…

Alors dis comme ça, vous devez penser qu’on a complètement vécu dans le monde des bisounours pendant ces trois jours et bien non ! Car nous nous sommes rendus compte que le proprio de notre guesthouse  (un type très sympa au 1er abord, bon père de famille bien sous tout rapport) buvait et qu’il battait sa femme. Nous avons assisté à la scène une fin d’après-midi et heureusement, des membres de la famille étaient là pour calmer le gars et ça n’a pas duré trop longtemps… mais il avait quand même l’air super vénère et violent. Après coup, sa femme est venu se confier à moi en me disant qu’il se comportait souvent comme ça lorsqu’il avait bu. Ca m’a fait mal au coeur. Comme quoi, c’est fou à quel point on peut se tromper sur les gens parfois.

Le dernier jour, nous avons loué des vélos pour aller explorer les alentours de Pokhara. Nous commençons par faire un tour dans les quartiers du vieux Pokhara, beaucoup plus calmes et moins touristiques que les quartiers du bord du lac. Nous poursuivons jusqu’au petit village tibétain de Tashi Palkhel. Nico a eu la présence d’esprit de choisir un VTT tandis que j’ai préféré prendre un vélo de ville car il y avait un petit panier sur le devant dans lequel je pouvais laisser l’appareil photo… grave erreur ! Je ne peux pas changer de vitesse sur mon vélo, résultat : je galère comme pas possible dès que ça monte un peu. Arrivés au village tibétain, nous nous dirigeons vers un monastère et après avoir déposé nos chaussures au bas de l’escalier, nous entrons à l’intérieur. Nous trouvons un univers emprunt de spiritualité, bien caractéristique des monastères tibétains. Des peintures et des motifs colorés représentant des scènes de la religions ornent le mur et le plafond. Un immense buddha en bronze trône au fond. Sur les cotés se trouvent les petits chapelets de prière ainsi que deux énormes gongs. Il y a des tas de bougies et de sculptures en cire sur lesquelles sont déposées des offrandes en tout genre (grains de riz, paquets de chips, billets de banque).

Peu de temps après, nous entendons un gros coup de gong retentir dans le monastère. C’est l’appel à la prière (le “puja“). Le moine qui sonne le gong nous fait signe de rester alors que nous nous apprêtons à sortir, la seule condition est que nous ne prenions pas de photo. Chouette, nous allons pouvoir assister au puja des moines tibétains ! Les coups de gong se rapprochent et les moines pénètrent dans le gompa (partie du monastère destiné à la prière) les uns après les autres.

Lorsqu’ils entrent, ils s’agenouillent à plusieurs reprises sur le sol face à la statue du Bouddha puis vont s’asseoir en tailleur face à leur chapelet de prière. Ils portent de longe toges de couleur rouge pourpre enroulée autour d’eux. Lorsque la prière commence, leur voix s’unissent pour n’en former plus qu’une seule, un peu comme un bourdonnement. Ils répètent inlassablement leurs mantras, entrecoupés par des morceaux de musique joués avec diverses instruments (longues cornes, cloches,…). On reste assis sur le coté et nous les observons discrètement, c’est vraiment très impressionnant ! Certains sont plus assidus que d’autres, il y en a qui baillent, d’autres qui arrivent en retard… Nous finissons pas nous esquiver pour les laisser tranquilles.

Après avoir grignotté un bout dans une minuscule gargotte tenue par un homme, une jeune femme et leur bébé de 8 mois qu’elle porte derrière son dos en cuisinant, nous reprenons le chemin du retour. Le ciel est super menaçant, on croise les doigts pour ne pas se prendre la pluie. Nous parvenons tout juste à rejoindre l’entrée de Pokhara et la pluie commence à tomber… les petites gouttes se transforment en énormes gouttes et en moins de deux secondes, nous sommes trempés ! On se met à l’abri en attendant que ça cesse et on pense à notre lessive, en train de sécher sur le toit de la guesthouse… pourvu qu’il ne pleuve pas à Lakeside ! Environ 30 minutes plus tard, la pluie commence à s’arrêter, on enfourche nos vélos et on pédale à toute vitesse en espérant que ce ne soit pas qu’une acalmie ! Lorsque nous arrivons à Lakeside, il ne pleut plus et les routes sont sèches … ouf !

Pour notre dernier repas au Népal, nous mangeons des momos tout en goûtant la tongba, une bière de millet chaude (spécialité locale). La bière ne nous a pas vraiment convaincus (à vrai dire, on a eu du mal à avaler deux gorgées chacun), mais on est quand même content d’avoir goûté cette spécialité !… On quittera le Népal moins bête ^^ ! Après ces deux journées de repos bien mérité, nous sommes prêts à aller vivre de nouvelles aventures… en Inde !

A très vite !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *