Jours 71 & 72 : Agra et la splendeur immaculée du Taj Mahal…

13 et 14 novembre 2011

Après un réveil plutôt matinal, nous nous dirigeons vers la gare car notre train pour Agra part à 5h15 ! Les rues sont bien calmes à cette heure-ci et pourtant, certains rickshaw sont déjà prêt à alpaguer le touriste ! La gare n’est qu’à 15 min de marche, nous décidons donc d’y aller à pied. Nous nous dirigeons vers notre quai et patientons en buvant un chaï, de bon matin les odeurs d’urine et de détritus qui règnent dans la gare viennent nous chatouiller les narines… qu’est-ce qu’on était bien mieux dans notre lit ! Mais si nous sommes là de si bonne heure, c’est pour la bonne cause : c’est dans cette ville que se trouve le célèbre Taj Mahal. Après un voyage de 3h30 où nous passerons la plus grande partie du temps à roupiller, nous arrivons à destination. On se dirige vers le kiosque des rickshaws prépayés, payons la course et chargeons les sacs dans le rickshaw. Notre chauffeur s’appelle Bobby, il est fier de nous faire lire son petit carnet dans lequel sont notés bien de gentils mots de la part de ses clients. Il nous dépose à l’adresse que nous souhaitions, après nous avoir proposé de nous emmener nous balader aux 4 coins de la ville bien entendu…

Après avoir déposé nos affaires et pris une bonne douche, nous partons déjeuner sur le toit terrasse d’un restaurant pour découvrir enfin le dôme blanc du Taj Mahal qui domine les toits d’Agra. L’endroit est plutôt paisible, nous sommes tous seuls sur la terrasse et en profitons pour siroter un lassi tout en admirant la vue. Nous avons hâte de découvrir le Taj, la principale attraction d’Agra, mais la visite sera pour demain matin car nous savons qu’en plein milieu de la journée, la foule est à son comble !

Au fond, le dôme blanc du Taj

En attendant, nous décidons d’aller explorer les autres curiosités de la ville et notamment le « Baby Taj » qui comme son nom l’indique, est un Taj miniature… mais qui n’a pas la même beauté spectaculaire que celle de son grand frère.

Le baby taj

Notre conducteur de rickshaw nous propose ensuite d’aller voir un autre site un peu plus loin. A la base nous n’avions pas prévu d’y aller mais nous avons le temps, alors ma foi, pourquoi pas ! A peine sommes-nous descendus du rickshaw qu’une troupe de gamins archi-désagréables et collants vient nous envahir. Ils braillent autour de nous en nous réclamant de l’argent (« roupees ! »), des photos, et tout un tas de trucs… bref, infernal ! Il y a parfois des paires de claques qui se perdent ! Nous savons que ces gamins n’attendent qu’une chose : qu’on leur distribue quelques roupies et ça, on ne veut pas. Où sont passés les frimousses souriantes des enfants de Bodhagaya ? On fait un tour rapide des lieux, ça n’a rien d’extraordinaire, et le gardien du site est un petit filou qui veut qu’on lui donne de l’argent parce qu’il a bien voulu nous expliquer 2 ou 3 trucs sur l’endroit (alors qu’on ne lui avait rien demandé), bref on file rejoindre notre rickshaw pour s’éloigner de cet endroit qui ne nous plait pas bien du tout.

Le soleil commence à descendre et nous décidons d’aller admirer le Taj Mahal depuis la Yamuna, la rivière qui borde l’édifice. Depuis la rive nord de cette rivière, on se situe à proximité d’une sorte de terrain vague, dans lequel se trouve des buffles avec en arrière-plan, l’un des monuments les plus célèbres du monde, le contraste est plutôt saisissant. Depuis cet endroit, nous sommes loin de foule que nous apercevons au loin sur l’édifice de marbre blanc et nous sommes en pleine nature, un endroit plutôt agréable pour admirer le monument !

Le Taj vu depuis la rive nord de la Yamuna

Le lendemain matin, le réveil sonne à 5h30… une fois de plus, nous nous levons tôt mais cette fois-ci, ce n’est pas pour prendre le train mais pour aller voir le lever du soleil sur le Taj Mahal ! Nous savons qu’il est conseillé de visiter le Taj avant 9h, heure fatidique de l’arrivée des groupes, et donc de la foule ! A ce moment-là de la journée, nous sommes encore bien naïfs, car lorsque nous arrivons devant le guichet des tickets, nous découvrons une longue file d’attente qui patiente en attendant que le guichet ouvre… précisons qu’il n’est que 6h du mat’ on préfère ne pas imaginer ce que ça donne en pleine journée… et oui, c’est ça l’envers du décor du Taj ! Mais ce n’est pas fini : lorsque c’est notre tour, et après nous être fait griller 2 ou 3 fois par des indiens qui se font un malin plaisir de se faufiler devant tout le monde, nous avons droit à une deuxième mauvaise surprise : les indiens ne paient leur ticket que 20 roupies (autant dire rien du tout) alors que les étrangers s’en sortent pour 750 roupies par ticket !! Au début, on croit que c’est une blague, on essaie de trouver la subtilité mais non, c’est bien ça… On comprend mieux pourquoi les rickshaws pratiquent des prix exhorbitants avec les touristes, quand on voit la différence de prix pour les sites touristiques ! Nous avons ensuite droit à une fouille corporelle complète, tout est interdit, nourriture, téléphones portables… et même les peluches, mais on parvient quand même à ne pas se faire confisquer « paupiette », notre petite chouette-mascotte. Qu’est-ce qu’ils croient ? Qu’on a caché une bombe dans la peluche ? Bref, il faut savoir s’armer de patience mais le jeu en vaut la chandelle…

La queue pour les tickets, à 6h du mat’ !

Les portes du Taj

… Et le soleil qui se lève !

Heureusement, lorsque que nous passons la grande porte de grès rouge qui mène au monument, nous oublions vite tous les petits tracas du matin… petit à petit, la blancheur du Taj se dévoile à nous, le soleil commence tout juste à se lever, et nous avons l’impression que le Taj est un mirage blanc qui se confond avec le ciel… magnifique ! C’est à ce moment précis que tout le monde prend la même photo légendaire : celle du Taj au fond des jardins, qui se reflète dans les eaux du canal…

<em>La photo légendaire du Taj…</em>

Pour la petite histoire, le Taj Mahal n’est en fait rien d’autre qu’un énorme tombeau. Il fut édifier par l’empereur Shah Jahan pour recevoir le corps de sa 2ème épouse, Mumtaz Mahal, morte en mettant au monde leur 14ème enfant en 1631. A sa mort, Shah Jahan fut inhumé aux cotés de sa femme Mumtaz. Le Taj Mahal est inscrit au patrimoine mondial depuis 1983. C’est un merveilleux édifice entièrement construit en marbre blanc incrusté de milliers de pierres précieuses. Les façades sont gravées de versets du coran. Nous restons bouche bée devant la splendeur immaculée de ce monument et assistons à un superbe levée de soleil qui dévoile progressivement toute la beauté de l’édifice… nous le photographions sous tous les angles sans oublier les indispensables photos-souvenirs, faisons le tour dans un sens, puis dans l’autre, et entrons à l’intérieur du mausolée dans lequel se trouvent les deux cercueils (les corps seraient quand à eux conservés dans les sous-sols du monument) de Mumtaz Mahal et Shah Jahan. A partir de 9h, la foule commence à arriver et nous prenons progressivement le chemin de la sortie… après nous être arrêtés à plusieurs reprises pour admirer encore et encore cet édifice que nous ne reverrons probablement pas de sitôt !

Nous filons prendre un petit-dej sur le toit-terrasse de notre guesthouse avant de partir visiter le fort d’Agra, la deuxième principale attraction du coin. Celui-ci se trouve à environ 2km à pied, sur les bords de la Yamuna et c’est un des plus beaux forts moghols du pays. Il est construit en grès rouge et en marbre et a servi tout d’abord de bâtiment militaire, avant d’être transformé en palais, pour enfin devenir la prison dorée de l’empereur Shah Jahan pendant 8 ans, après que celui-ci ait été détrôné par son fils Aurangzeb. Nous vadrouillons entre les différences parties du fort, pavillons, portes, arcades, mosquées, palais… l’ensemble est plutôt impressionnant même s’il y fait une chaleur à crever ! Depuis les terrasses du fort, nous avons de nouveau une belle vue sur le Taj qui se détache au loin.

Tout ceci est certes très joli et bien conservé, mais ça manque un peu de vie à mon goût… je préfère de loin me perdre dans les ruelles d’un village isolé, rencontrer la population et observer la vie des gens. Mais disons que ce site fait partie du patrimoine du pays donc c’est quand même intéressant à voir.

Pour nous frotter un peu plus à la vie locale, nous tentons de faire un tour au Kinari Bazaar, un dédale d’étroites ruelles surpeuplées qui selon notre lonely constitue « une expérience unique »… nous tentons de nous mêler à la foule en déambulant entre les ruelles mais très vite, nous nous faisons harceler par une horde de rabatteurs, rickshaw, gamins, mendiants, restaurateurs, commerçants… tous s’en prennent à nous (ou plus vraisemblablement à notre portefeuille). Une moto déchainée fait un écart sur la route pour me faire peur en faisant mine de me foncer dessus et finit pas m’éviter de justesse. Ca a l’air de beaucoup amuser les deux passagers qui se retournent en se marrant. Pendant ce temps, je bouillonne intérieurement… Bref, au bout de 10 min on n’en peut plus de ces gens désagréables et on fait demi-tour ! Nous finissons par trouver un petit resto sympa avec un jardin frais et calme, ça fait du bien !

Au final, bilan plutôt mitigé sur Agra : la ville en elle-même est quelconque, le quartier de Taj Ganj est petit et tout proche du Taj. Malheureusement, nous n’avons pas aimé l’ambiance générale qui règne dans cette ville bouffée par le tourisme. Le touriste est vraiment perçu comme un billet de banque et c’est parfois exaspérant. Nous gardons toutefois de bons souvenirs, comme flâner sur le toit-terrasse d’un resto tout en admirant le fabuleux Taj, et bien sur notre visite de l’édifice qui restera gravée dans nos esprits.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.