Jours 140 & 141 : Faire du stop à Kratie pour aller voir les dauphins d’eau douce !

20 & 21 janvier 2012

J140&141_Kratie

Barque sur le Mékong pour approcher les dauphins d’eau douce

Arrivée à Kratie (20 janv 2012) :

Nous quittons Ban Lung de bonne heure pour rejoindre Kratie en bus… le trajet ne sera pas des plus agréables : une cambodgienne vomit tout ce qu’elle a dans le ventre juste derrière mois (génial) et un gamin vomit à son tour dans l’allée, juste à coté de nous… décidemment, nous sommes cernés ! Il en a de partout : sur les habits, les pieds, sans compter les odeurs, bref, je vous passe les détails ! Nous ne sommes donc pas mécontents lorsque le bus nous dépose à Kratie à midi… et nous sommes directement accueillis par les chauffeurs de tuk-tuk et autres rabatteurs d’hotel qui nous sautent tous dessus. Nous nous frayons un chemin pour récupérer nos sacs dans la soute, ceux-ci sont recouverts de poussière ! Puis nous partons à la recherche d’une guesthouse, en refusant poliment (mais fermement) les offres des rabatteurs. Nous tesont une première guesthouse, et retrouvons Julie et Thibault tranquilement installés sur la terrasse. Malheureusement, plus de place dans celle-ci. Nous en testons donc une deuxième (qui sera la bonne) et filons manger, on meurt de faim !

Quelques photos de Kratie – le petit marché

Ensuite, nous faisons un rapide petit tour de la ville, qui n’a guère d’intérêt. La plupart des rues sont en travaux. Par contre, la promenade sur le bord du MéKong est assez jolie et promet de beaux couchers de soleil le soir !

Nous retournons à la guesthouse et en profitons pour faire la sieste et un petite laundry à l’eau froide et dans la salle de bain sans bassine, autant dire que c’est opération “mimi cracra, l’eau elle aime ça!” en bon et due forme ^^ !

En fin d’aprem, nous ressortons pour assister au coucher du soleil qui est à la hauteur de nos espérances.

Puis nous rejoignons Julie et Thibault et partons diner tous les 4 !

En stop pour aller voir les dauphins d’eau douce (21 janv 2012) ! 

Le lendemain, nous nous réveillons à nouveau de bonne heure mais cette fois-ci, c’est pour aller voir les dauphins ! Nous avalons une baguette de pain-beurre-confiture et partons à pied sur la route des dauphins (après avoir refusé les multiples propositions des tuk-tuk “dolphins, dolphins”, sauf que ces petits malins veulent nous faire payer 10 dollars, faut pas déconner non plus !). Nous décidons donc d’adopter une solution bien plus économique : le stop ! Malheureusement pour nous, la plupart des véhicules qui circulent sur la route sont des motos et nous avons donc un peu de mal à trouver un véhicule. Nous parcourons donc un bon km à pied pour sortir de la ville et suivre le chemin qui traverse la campagne cambodgienne, et les habitants rigolent bien en nous voyant faire !

La patience finira par payer puisque nous trouvons un véhicule, enfin, dirons-nous plutôt, un moyen de locomotion ! Puisqu’il s’agit en réalité d’une camionnette chargée de bouteilles d’eau en plastique ! Le gars s’arrête, nous lui disons “Kampi, Kampi” (lieu des dauphins) et il nous fait signe de monter à l’arrière de la camionette… géniaaaal !

Notre véhicule !

Nous voilà donc partis, assis sur de grosses bombones d’eau ! Le trajet n’est pas des plus confortables mais par contre, on est mort de rire… et les cambodgiens aussi, ils se marrent lorsqu’ils nous voient passer !

A l’aise Blaise !…

… Tranquille, Emile !

Nous arrivons à bon port après 15 bons kms à travers la campagne, et nous dirigeons vers la billeterie. Et là nous découvrons le prix : 18 dollars pour aller voir les dauphins, c’est mégà cher… on essaie de négocier pour avoir le tarif de groupe mais la nana nous regarde d’un air infléxible en nous disant que ce n’est pas possible. On est pas venu jusqu’ici pour rien alors ma foi, nous y allons quand même.

Nous montons à bord d’une petite embarcation jaune et le batelier nous emmène jusqu’au milieu du fleuve. Il est encore tôt et les eaux du Mékong sont particulièrement plates, ce qui facilite l’observation des dauphins.

Le dauphins d’eau douce de l’Irrawady est une espèce de dauphins protégée. Ces dauphins sont reconnaissables à leur têt protubérante et à la finesse de leur nageoire dorsale. Du temps des Khmers, ces dauphins ont été chassés pour leur huile et il n’en reste aujourd’hui qu’un nombre limité.

Le bateau coupe le moteur et nous ne tardons pas à apercevoir la silouhète des dauphins sortir de l’eau… c’est vraiment beau ! Bien entendu, il ne faut pas s’attendre à des galipettes en l’air à la manière de Flipper mais disons que nous assistons à de très belles apparitions des dauphins, tout près du bateau. Il est particulièrement difficile de les photographier, car impossible d’anticiper à quel endroit le dauphins va sortir sa tête de l’eau, alors après quelques tentavives pas très concluantes, nous nous contentons de les observer.

Quelques tentatives… saperlipopette, encore rraté !

Après une heure de bateau, nous retrouvons la terre ferme et restons un moment en haut de la berge pour tenter d’observer encore un peu les dauphins au loin. Nous voyons de temps en temps de petite ombre sortir de l’eau, mais ça reste minuscules comparé à ce que nous avons vu du bateau ! Du coup, nous ne sommes pas déçus par cette excursion.

Nous reprenons à pied le chemin du retour et cette fois-ci, même pas la peine de faire du stop, un cambodgien s’arrête et nous propose de nous ramener en ville ! Nous acceptons sans hésiter et montons à bord de sa vieille voiture. On se jette des coups d’oeils interrogatifs en se demandant si le gars va nous réclamer de l’argent… résultat : oui, le mec nous demande 10 000 Riels pour le trajet, nous lui tendons 2 dollars (soit 8 000 Riels)… ça reste toujours plus économique que le tuk-tuk !

Nous profitons du reste de la journée pour organiser la suite de nos aventures ! Et oui, car dans deux semaines, nous nous envolerons pour l’Ausralie et il faut qu’on songe à louer un van et prévoir notre itinéraire sur la cote ouest. Nous finissons pas tomber d’accord sur un circuit de 3 semaines à la découverte de l’ouest sauvage et faisons des devis pour la location du van. A force de farfouiller sur le net, nous trouvons quelques bonnes affaires !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.