Jours 166 et 167 : Comme des poissons dans l’eau à Coral Bay !

 15 et 16 février 2012

J166&167_Coral Bay

Après une bonne nuit de sommeil, nous quittons de bonne heure notre super spot dans le bush pour poursuivre notre route en direction du nord… prochaine étape, CoralBay, mais en attendant, 450km nous attendent avant de pouvoir nous baigner dans ses eaux idylliques ! Nous commençons par faire un stop dans la ville de Carnarvon pour faire le plein de nourriture, d’essence et d’eau. Sur la côte ouest, on croise une ville environ tous les 300km, il faut donc anticiper les questions pratiques de bouffe et de gasoil car si on tombe en panne en plein milieu du bush, on pourrait toujours crever la bouche ouverte, personne ne viendra nous chercher ! Héhé, c’est ça la vie de cow-boy de l’outback ! Donc nous voilà à Carnarvon, la ville est assez petite mais n’a pas grand intérêt, on en profite aussi pour acheter notre matériel de snorkeling (palmes, masques et tubas) pour pouvoir explorer les fonds marins quand nous serons à CoralBay. Nous mangeons à Carnarvon sur une aire de pic-nic pendant qu’un vieil australien tout bourré vient nous taper la causette avec son pack de bière à la main, on comprend 1 mot sur deux de ce qu’il nous raconte mais de toute façon, il parle en anglais-bourré, donc c’est incompréhensible ! Nous reprenons la route en début d’aprem, il reste encore environ 200km, toujours ces mêmes lignes droites interminables qui n’en finissent plus de sillonner le bush, toujours la même végétation aride à perte de vue, la terre rouge poussiéreuse sur le bord des routes, les kangourous morts qui se font dévorés par les corbeaux, et les « road trains », c’est gros camions-trains qui roulent à toute allure avec leur énorme chargement. Le Western Australiaressemble exactement à l’image que l’on se faisait de l’Australie, comme les photos des brochures de voyage, c’est magique et on se sent perdus au milieu des grands espaces…

Un peu plus haut, nous passons sous le tropique du Capricorne ! Oui, vous savez, c’est cette fameuse ligne imaginaire, qui coupe l’hémisphère sud en deux parties égales, et qui a un homologue dans le nord qui s’appelle le tropique du cancer. Et bien pour tout vous dire, on pensait que ces histoires étaient uniquement faites pour les cours de géo quand on est à l’école primaire, et on était bien loin de se douter à cette époque qu’un jour dans notre vie, on franchirait un tropique !! Bref voilà, toute cette philosophie pour dire que OUI, le tropique du capricorne, c’est pas uniquement un truc qu’on raconte aux enfants dans les livres de géo, ça existe vraiment ^^, la preuve : ce magnifique panneau sur le bord de la route (en plein cagnard) !

Nous arrivons à CoralBay en fin d’aprem et retrouvons Manu et Steph qui sont arrivés un jour avant nous. On fait un tour rapide sur la plage avant de profiter du BBQ gratos installé sur le bord de la plage pour se faire à manger… pas de bol pour nous, notre belle boite d’œufs tout neufs qu’on avait acheté en « reducedprice », et bien ils sont tous pourris ! Heureusement, nos collègues allemands du van d’à côté nous font cadeau de leur boite d’œufs, nous voilà sauvés ! Après ça, nous filons nous planquer dans un endroit secret qu’on a trouvé pour dormir gratos : derrière les tas de sable de la carrière, un peu à l’écart de CoralBay. Normalement, il est formellement interdit de faire du camping sauvage à CoralBay mais bon, là on est bien planqués et puis les camping ont cas pas être si chers ! M. Le Ranger, on te met au défi de nous trouver !

Le lendemain matin, nous retrouvons Steph et Manu sur la plage pour une matinée snorkelling.CoralBay est située à l’extrémité sud du Ninagaloo Marine Park réputé pour ses fonds marins. La plage est vraiment belle, avec ses eaux turquoises et limpides qui viennent border une longue plage de sable blanc. Protéger par un récif, la plage principale de CoralBay est idéale pour pratiquer le snorkelling. Nous voyions tout un tas de petits poissons colorés qui batifolent dans les nombreux coraux, c’est carrément chouette ! Et puis un peu plus loin dans le sable, là où les eaux sont peu profondes, il y a plein de raies qui se dissimulent dans le sable dès qu’elles sentent notre présence, hop, un coup de baguette magique, et on ne les voit plus !

En début d’aprem, Steph et Manu reprennent la route tandis que nous partons nous installer au camping. Non pas que la vie de Robinson Crusoé de l’outback nous ennuie, mais disons qu’une bonne douche et un peu d’électricité pour recharger les batteries seront les bienvenues ! Après ça, nous partons pour une grande balade à pied le long de la plage au sommet d’une dune de sable qui longe la plage. Nous partons en direction de Point Maud et nous apercevons tout un tas de bébés requins (nursery sharks) qui nagent tout au bord de l’eau. Hop, un petit aileron qui sort par ci, un autre aileron par-là ! C’est vraiment marrant de voir des requins « pour de vrai » et si prêt, ceux-ci sont des ReefsSharks, inoffensifs pour l’homme, mais bon quand même, si on en croise un en nageant, on fera peut-être pas trop les malins ! Les couleurs en fin de journée sont vraiment magnifiques et les paysages sont sauvages, ça fait plaisir de voir tout cette nature intacte et préservée qui nous entoure.

En fin de journée, on retourne faire un p’tit tour sur la plage pour voir le coucher du soleil avant de retourner au camping pour faire les gens civilisés : douche, lessive et grande cuisine commune, comme à la maison. Ce soir, on peut dormir sur nos deux oreilles, nous ne sommes pas hors la loi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *