Jours 182 à 184 : Le soleil fait son come-back aux West McDonnell Ranges !

Du 2 au 4 mars 2012

IMG_4695 (Copier)

Il pleut toujours en ce début de matinée… nous déjeunons au backpacker puis Nico part récupérer notre 4×4 de location  pendant que je reste au chaud (et au sec surtout !) pour ranger les affaires. Nous avons loué un 4×4 aménagé en van pour 7 jours, le temps de visiter tous les sites intéressants du centre rouge et notamment les West McDonnell Ranges. Compte tenu du mauvais temps, nous décidons de prendre notre temps : visite à l’office du tourisme pour récupérer un plan de la région, courses chez Woolworths et repas du midi sur un parking à Alice Springs. Notre 4×4 de loc’ est super spacieux et confortable, on tient même debout à l’intérieur. A ce stade, autant dire que ça nous change du Hippie Camper ! En début d’aprem, nous mettons le cap sur les West McDonnell Ranges, une longue chaine montagneuse qui s’étend du côté ouest d’Alice Springs. Nous faisons un premier stop au Simpson Gap, un imposant gouffre au pied duquel coule une rivière. Malgré le ciel couvert, le site est vraiment magnifique. Nous profitons d’une accalmie pour effectuer une balade à pied aux alentours du site. Nous avons notamment de beaux points de vue sur le Simpson Gap et sur la chaine de montagne au loin.

Simpson Gap

Balade sous la pluie… balade quand même ^^ !

Nous enchainons avec le Standley Chasm, situé quelques km plus loin. La route pour y accéder est particulièrement endommagée par les inondations et le site est complètement désert. Nous décidons de rester là pour la nuit et de visiter les lieux le lendemain. Un peu plus tard, alors que nous jouons aux cartes dans le van, un monsieur s’approche et vient toquer à notre porte. C’est le propriétaire des lieux et il est originaire d’Irlande. Il nous apprend que le site est fermé normalement à cause de la pluie mais que ça ne craint rien du tout et qu’on pourra y aller demain matin sans problème. Nous pouvons rester là pour camper moyennant une somme modique et nous avons même l’électricité et un accès wifi gratuit ! C’est le grand luxe ! Nous sommes ravis de pouvoir profiter d’internet alors que le ciel est toujours aussi gris et pluvieux. Nous dinons dans le 4×4 et nous nous couchons tôt !

Le lendemain matin, nous partons faire la balade jusqu’au Standley Chasm : un gouffre étroit et découpé nettement dans la roche et dont les parois peuvent atteindre 80m de hauteur par endroit ! Le sentier pour y accéder est très endommagé par les inondations, c’est un peu le parcours du combattant entre la rivière qui déborde, les troncs d’arbres au milieu du passage mais ça vaut vraiment la peine car le site est splendide !

Balade à Standley Chasm

Nous ne tardons pas à découvrir une étroite faille dans la roche, de couleur orangé et ocre, avec la rivière qui coule en contrebas… et qui plus est, nous sommes seuls  et avons le site pour nous tous seuls, c’est vraiment très beau !

La faille de Standley Chasm

Nous poursuivons notre route par la Namatjira Drive et sommes bloqués quelques km plus loin par un cours d’eau qui déborde sur la route. L’eau atteint 60cm de hauteur sur la route, c’est assez impressionnant ! Il y a trois autres 4×4 qui attendent devant nous et qui semblent hésiter à s’engager. Une voiture d’aborigènes a tenté la traversée mais est tombée en panne en plein milieu du chemin, l’eau ayant complètement inondée le moteur et l’intérieur de leur voiture… de l’eau s’écoule par les portières ! Un peu plus tard, les trois autres 4×4 finissent par faire demi-tour et nous décidons de les suivre. Nous empruntons une piste réservée aux 4×4 mais sommes de nouveau bloqués un peu plus loin par la rivière qui déborde… pas de chance ! Nous faisons marche arrière et retournons sur la route principale. Les autres 4×4 s’engagent sur la route inondée et parviennent à franchir la rivière sans difficulté. Quant à nous, nous décidons d’attendre un peu que le niveau de l’eau baisse et nous en profitons pour faire notre pause déjeuné. Après le repas, et malgré avoir vu les trois autres 4×4 faire demi-tour (pourquoi ? Nous n’en savons rien…), nous décidons quand même de nous engager sur la route inondée et nous la franchissons avec succès… ouf !

Route inondée… on passe ? On passe pas ?…

… on passe !!

Un peu plus loin, d’autres dégats sur la route…

Nous roulons jusqu’à Ormiston Gorge et la route est désormais quasiment sèche, sauf à quelques endroits. L’avantage est que nous sommes très peu nombreux dans le par cet hormis quelques autres 4×4, nous ne croisons presque personne ! Ca valait vraiment le coup de traverser la route inondée car entre temps, le ciel s’est dégagé progressivement et le soleil fait son come-back parmi nous ! On range les vestes dans les sacs et on ressort les lunettes de soleil, ça fait plaisir !

L’Ormiston Gorge est un des sites les plus impressionnants des McDonnell ; la paroi rocheuse forme une sorte de « canyon » qui serpente à travers les falaises ocre, c’est très impressionnant ! Nous faisons une balade à pied qui permet d’accéder à un beau point de vue sur la gorge.

Ormitson Gorge… avec le soleil qui jour encore un peu à cache-cache avec les nuages !

Nous poursuivons ensuite jusqu’à la Glen Helen Gorge, une somptueuse gorge au pied de laquelle coule la Finke River, la rivière qui traverse les McDonnell Ranges. Pour atteindre la gorge, pas d’autre moyen que de traverser la rivière à pied, à travers le courant et les pierres qui glissent, mais ça vaut le coup car le panorama sur la gorge est vraiment superbe ! Et puis avec le soleil qui est réapparu, ça fait encore plus ressortir les couleurs.

Glen Helen Gorge

Nous discutons avec la propriétaire du Glen Helen Gorge (relais routier du coin), une sympathique petite dame qui nous dit que la piste 4×4 qui rejoint Kings Canyon est toujours « officiellement fermée » mais qu’on peut y aller sans problème car il n’y a aucun risque… un peu plus tard, un ranger nous affirme exactement le contraire mais nous décidons malgré tout de tenter l’expérience le lendemain car nous avons bien envie de faire une vraie piste 4×4 (et qui plus est, ça nous fait gagner du temps et de nombreux kilomètres de lignes droites monotones !). Et puis ma foi, il faut bien être aventuriers dans la vie !

Le soir, nous nous installons sur un site de camping au Redbank Gorge. Nous sommes seuls au monde et l’endroit est magnifique. Depuis notre emplacement, nous avons une superbe vue sur les McDonnell et sur le soleil couchant. Pourvu que le temps se maintienne !

Coucher de soleil aux McDonnell…

Pour notre dernier jour dans les McDonnell, la journée commence par un petit dej’ pris dehors sur notre table de camping… le beau temps est parmi nous et nous avons toujours la même sensation d’être seuls au monde.

Nous enchainons avec une promenade à pied qui rejoint la Redbank Gorge, un trou d’eau au pied d’une immense faille qui se distingue par son camaïeu de couleurs et sa hauteur vertigineuse. Le chemin pour y accéder est tout aussi beau : nous sommes encerclés par de hautes parois de couleur ocre qui se détachent sur le ciel bleu. Nous devons traverser la rivière et escalader les rochers pour pouvoir accéder à la gorge mais le jeu en vaut vraiment la chandelle !

Balade jusqu’à la gorge

Redbank Gorge…

Après ça, retour à Glen Helen Gorge pour faire le plein d’essence puis nous voilà partis en direction de notre fameuse piste de 4×4. Sur le route qui y mène, on se sent toujours seuls au monde, on ne croise quasiment personne mis à part un 4×4 de temps en temps. A nous les grands espaces australiens ! On fait une halte au Tylers Pass Lookout qui offre une belle vue sur le bush à perte de vue et sur le « Gosse Bluff ».

Sur la route, les jolis petits nuages…

Nous poursuivons notre route et faisons un détour pas Gosse Bluff, vestige de l’impact cataclysmique d’une comète. La piste mène jusqu’à l’intérieur du « cratère », on se sent un peu comme dans un volcan et nous sommes entourés par des formations rocheuses qui résultent de l’impact d’une météorite il y a plusieurs millions d’années. Nous profitons de la sérénité de l’endroit et d’un petit coin d’ombre pour installer notre table de pic-nic puis nous reprenons la route en début d’après-midi.

Tyler pass lookout

Le bitume noir laisse progressivement la place à une piste de terre rouge, nous sommes sur la Mereenie Loop Road, une piste de 150km de long qui permet de relier les McDonnell à Kings Canyon. Officiellement, la piste est fermée à cause des grosses pluies des derniers jours mais en réalité, la piste est tout à fait accessible. On a plutôt bien fait de se lancer car ça change des longues lignes droites qui n’en finissent plus. Nous sillonnons à travers le bush, entourés par le désert australien (le fameux « outback »), la terre ocre de la piste se détache avec le ciel bleu parsemé de petits nuages blancs… l’Australie dans toute sa splendeur !

Nous croisons beaucoup de chevaux sauvages, un dingo (sorte de chien sauvage) et même des chameaux sauvages. Nous sommes en territoire aborigène mais on ne croise aucun village, ils doivent surement être perdus au fin fond du bush… difficile de s’imaginer que des villages entiers arrivent à vivre dans un environnement aussi hostile et tellement loin de tout… et pourtant si !

Nous arrivons à Kings Canyon pile-poil pour le coucher du soleil. Nous en profitons pour effectuer la Kings Creek Walk, une courte ballade à pied qui permet d’accéder au cœur du canyon. Nous sommes entourés par les hautes parois rocheuses, de couleur jaune-orangé et avec la lumière du soleil couchant, l’endroit est vraiment impressionnant… ça promet pour demain !

Petit avant-goût du Kings Canyon…

La passerelle tout là-haut, c’est là où on va aller demain !

Le soir, nous retournons dormir sur une rest area à environ 28km de Kings Canyon. Nous partageons la rest area avec un couple de hollandais et leur van. La nuit étant déjà tombée, nous mangeons dans le van avant de filer au dodo !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *