Jours 237 à 240 : Torres del Paine – Quatre jours sur le (mythique) circuit du W !

Du 27 au 30 avril 2012

Notre circuit du W (4 jours / 3 nuits) … en mode camping !

Jour 1 (bleu) – Mirador los torres – 19km

Jour 2 (vert) – Los Cuernos – 16,5km

Jour 3 (violet) – Valle Francès – 14km

Jour 4 (orange) – Lago Pehoé – 7,6km

IMG_9539 (Copier)

Circuit du W – Jour 1 – Arrivée au parc et marche jusqu’au « mirador las torres » (19 km) :

Le réveil nous tire du lit à 6h30… pas de temps à perdre puisque le bus vient nous récupérer à 7h30 pour nous emmener au parc national. Nous finissons de boucler nos sacs, des vêtements chauds, de la nourriture pour 4 jours, le matériel de camping… Lolotte et moi devons porter environ 10kg tandis que les garçons doivent avoir facilement 12kg chacun, avec le poids de la tente. Nous avalons notre petit dej’ : céréales, tartines, jus d’orange… tout ce qu’il faut pour avoir plein d’énergie. Nous voilà fin prêt pour partir, nous sommes tous gonflés à bloc ! On a hâte de se confronter à ce trek mythique de la Patagonie, réputé pour ses paysages splendides et son climat capricieux… Le bus nous récupère devant l’hostel à l’heure convenue, nous sortons dans la nuit et le froid, avec tout notre attirail… Torres del Paine, nous voilà ^^ !

Le soleil se lève progressivement tandis que nous nous rapprochons du parc. Pour le moment, le ciel est bien gris mais nous apercevons quelques éclaircies par-ci, par-là qui nous redonnent un peu d’espoir… on n’espère qu’une seule chose : que la météo soit avec nous pour ces 4 jours de marche, ce qui faciliterait grandement les choses. Mais bon, s’il y a bien une chose qu’on ne peut pas prévoir, c’est le temps qu’il va faire, alors nous verrons bien. Le paysage est plutôt platonique, difficile de croire que derrière ces grandes plaines à perte de vue, se cachent de grandes montagnes et des glaciers, c’est incroyable le contraste des paysages dans cette région. Nous sillonnons à travers des champs qui s’étendent à l’infini, avec parfois quelques troupeaux de lamas ou de moutons, mais c’est à peu près tout ! Tandis que nous nous rapprochons du parc, nous commençons à distinguer les fameuses « Torres del Paine », ces trois hautes tours rocheuses qui font toute la réputation du parc (et qui lui ont donné son nom)… c’est impressionnant et magnifique ! Nous les avions vu en photos mais les voir en vrai, là devant-nous, elles paraissent beaucoup plus impressionnantes. Le bus fait un stop au Laguna Amarga, un petit lac dans lequel on peut voir les tours se refléter, c’est vraiment chouette ! Au moins, nous ne sommes pas venus pour rien, nous pourrons au moins dire que nous avons vu les tours du Paine !

Vue sur les Torres del Paine depuis la Laguna Amarga

On a hâte d’aller voir tout ça de plus près !

Une fois dans le parc, nous nous acquitons du droit d’entrée (15 000 pesos / pers… glurrrps) et nous voilà fin prêt pour attaquer la rando. L’étape du jour consiste à rejoindre le « mirador de las torres », un point de vue situé juste au pied des tours du Paine. Pour cela, nous laissons nos sacs au camping où nous reviendrons, nous pouvons marcher librement pour cette première journée, sans avoir à porter nos gros sacs… on embarque juste de quoi pique-niquer, et nous voilà partis !

Cette partie est considérée comme étant la plus difficile du trek. Effectivement, le sentier grimpe progressivement et nous découvrons petit à petit le décor du parc national du Torres Del Paine : des plaines à perte de vue ponctuées de lacs, des forêts aux couleurs automnales (les arbres se parent de rouge, d’orange et de jaune), et des pics rocheux.

L’étape du jour

à droite pour les chevaux, à gauche pour nous !

Un petit pont en bois

Après une courte pause pic-nic, nous reprenons le chemin, il semblerait que le ciel soit en train de se dégager au dessus des tours… vite, vite, il faut qu’on se dépêche ! Il nous reste encore facilement 2h de marche, qui ne sont pas très rigolotes. Nous grimpons à travers une épaisse forêt qui ne laisse entrevoir aucune vue sur les montagnes. Nous finissons par sortir de la forêt, et passons devant un camping qui indique « Mirador las torres – 1h »… le sentier grimpe alors à travers les rochers, nous devons parfois nous aider des mains, mais heureusement, le ciel est toujours en train de se dégager et le soleil a même pointer le bout de son nez… ça nous motive à fond pour grimper jusqu’au sommet !

La dernière partie, dans les cailloux

Nous ne tardons pas à distinguer la silhouète rocheuse des trois tours du Paine qui se détachent juste devant nous, au dessus d’une petite lagune de couleur verte… elles paraissent beaucoup plus gigantesques que ce matin ! Il n’y a plus un seule arbre, seulement des tas de pierre qui s’amoncellent. Le vent doit y être pour quelque chose. La vue est absolument grandiose et nos efforts sont récompensés. Nous restons là un bon moment, à contempler ces trois tours qui se dressent majestueusement devant nous, à 2243 m (Torre Norte), 2248m (Torre Central) et 2800 m (Torre Sur). Finalement, la météo aura fini par tourner en notre faveur… pourvu que ça dure !

On arrive au mirador…

Mirador las Torres

Les fameuses Torres del Paine, qui ont donné leur nom au parc

Le soleil commence à disparaître derrière les montagnes et il nous faut rebrousser chemin si nous voulons être au camping avant la nuit. Nous voilà donc repartis sur le même chemin, en sens inverse. Heureusement cette fois-ci, ça descend quasiment tout le long. Malgré tout, les jambes commencent à fatiguer, mine de rien, nous sommes debout depuis 6h30 ce matin et avons enchainé une journée de presque 20 km de marche !

Lolotte a une force incroyable ^^ !

De retour au camping, nous récupérons nos sacs qui semblent peser une tonne (la fatigue doit y être pour quelque chose) et partons monter notre tente. La nuit commence à tomber et le froid se fait de plus en plus ressentir. Nous empilons les couches de vêtements : collants et sous-pull technique, polaire, chaussettes chaudes, bonnet…. et nous mangeons dehors, dans le froid, à la lumière de la lampe frontale. Nous ne tardons pas à nous glisser dans la tente pour nous mettre au chaud dans les duvets et nous tombons rapidement de fatigue.

Notre campement !

Véro en mode lutte contre le froid !

La nuit ne sera pas des meilleures, le froid nous fait frissonner, et les muscles sont engourdis à cause du sol trop dur… quel idée saugrenue de faire du camping en Patagonie, en plein automne ^^ !

Circuit du W – Jour 2 – Du camping Las Torres au camping Italiano (16,5 km) :

Il est plus de 8h30 lorsque nous émergeons de cette nuit de sommeil courte et agitée. Dehors, le sol est complètement gelé et le soleil n’a pas encore pointé le bout de son nez. Toutefois, la bonne nouvelle matinale : le ciel est tout bleu, ce qui laisse entrevoir une bien belle journée ! Nous sommes un peu tout engourdis, et nous sortons difficilement de la tente. Il ne doit pas faire plus de 1 degré.

Pour démarrer cette deuxième journée de trek, nous assistons à un superbe spectacle : le lever de soleil sur les tours. Alors certes, nous sommes un peu plus éloignés qu’hier, et nous ne voyons que le sommet des tours, mais le spectacle est grandiose et les couleurs sont superbes. Et puis c’était vraiment inespéré pour nous qui pensions avoir un temps couvert tout le temps ! Comme quoi dame nature sait nous réserver de belles surprises.

Le soleil se lève…

… petit à petit…

… sur les torres del Paine !

Nous avalons notre petit dej, rangeons nos affaires, replions la tente, ramballons le tout, et nous voilà repartis pour une journée de marche… il est plus de 11h lorsque nous nous mettons en route ! Aujourd’hui, nous avons prévu de rejoindre le camping Italiano, situé au pied de la Valle Francès.

Pour cela, 16,5km de marche nous attendent, mais il s’agit d’une portion relativement facile du trek : pas de difficultés particulières, il faut simplement tenir sur la longueur, tout en portant les sacs. Et puis nous sommes gatés par la météo puisque le beau temps à l’air de se maintenir.

En route pour une deuxième journée de marche !

Une ptite pause en chemin…

Après 4 bonnes heures de marche, nous nous rapprochons de Los Cuernos, d’impressionnants blocs rocheux, qui se dressent juste au dessus de nous. Nous longeons le lago SSSSSSSS et commençons à distinguer un gros glacier qui se trouve juste derrière. Nous dépassons un refuge, et poursuivons notre route en direction du camping, il nous reste encore 2h30 de marche ! Nous n’avons pas croisé grand monde jusqu’à présent, mais en même temps c’est normal, puisqu’à cette période de l’année, nous ne devons pas être plus d’une trentaine dans tout le parc.

On commence à apercevoir le Cerro Paine Grande

La nuit commence à tomber lorsque nous arrivons au camping Italiano. Chouette, ce camping est gratuit ! Nous installons la tente sous les arbres, et théoriquement, les arbres devraient nous protéger du froid… espérons que nous ayons moins froid cette nuit !

Notre hotel grand luxe pour ce soir ^^ !

Et notre petite cabane dans les arbres !

Pour le repas, on fait simple : une soupe de semoule, on grignotte deux-trois bricoles, et au lit ! Nous entendons le glacier qui craque juste derrière nous, ça gronde un peu comme le bruit du tonnerre… c’est vraiment impressionnant ! Nous irons le voir de plus près demain, mais en attendant, nous sommes bien fatigués…

Prêt pour dormir !

Nico jamais sans sa frontale !

Olivier en grande forme !

Circuit du W – Jour 3 – La « valle del Francès » (14 km) :

Il est 8h30 lorsque nous ouvrons l’oeil alors que le réveil était programmé pour 8h… c’est pas grave, car on a mieux dormi cette nuit, il fait moins froid et il n’y a même pas de gel sur la tente ^^! Nous avalons notre petit déj : un fond de muesli avec du lait et deux tartines de confiture. Nous laissons les sacs dans la tente, et partons à vide. Finalement, nous nous en sortons pas si mal, sur trois jours de marche, nous n’avons porté nos sacs qu’une seule journée, c’est tranquilou ! On est loin des 15j de trek dans les Annapurnas où on portait nos sacs tous les jours ! Mais bon, tant mieux, on va pas se plaindre.

Le programme du jours est de marcher au coeur de la Valle Francès, pour rejoindre un beau panorama, située à 2h30 de marche. Le sentier grimpe à travers la forêt, et nous commençons par marcher tout près du glacier. Nous l’entendons de nouveau craquer et gronder, on sent que ça travaille là-dessous. De temps en temps, des gros blocs de neige se détachent de la paroi, ce qui créé des mini-avalanches, impressionnant !

Le Cerro Paine Grande

Accumulation de neige sur le Paine Grande

Nous continuons de grimper à travers la forêt, les jambes commencent à ressentir les premiers signes de fatigue après les deux journées de marche. La ballade en elle-même n’est pas très rigolote car nous ne voyions pas grand chose à cause des arbres. Mais nous traversons des petites rivières gelées, il y a même un peu de neige à certains endroits… on sent que la saison hivernale approche en Patagonie ! Le sentier débouche sur un « mirador » qui offre une vue à 360° sur les montagnes et les pics rocheux qui nous entoure… on se sent encerclés par les montagnes ! Le soleil fait de timides apparitions, nous n’avons pas la même chance qu’hier avec la météo mais malgré tout, le paysage est sublime. Et puis c’est plutôt gratifiant de savoir que cet endroit porte le nom de « vallée française »…

Vur sur la vallée française

Nous en profitons pour papoter avec un couple de canadiens qui font un peu le même voyage que nous… mais en sens inverse ! Puis nous rebroussons chemin pour rejoindre le camping. Nous croisons quatre français qui nous apprennent que le Chili vient de passer à l’heure d’hiver, nous venons donc de gagner une heure ! De retour au camping, nous décidons de ne pas poursuivre jusqu’au refuge du Paine Grande (qui se situe encore à 2 heures et demi de marche) et de rester là une nuit de plus. Le soir, nous nous réchauffons au coin du feu, il ne fait vraiment pas chaud dehors !

Soirée au coin du feu…

Circuit du W – Jour 4 – Marche jusqu’au Lago Pehoé et retour à Puerto Natales (7,6 km) :

Plic, ploc, plic, ploc… nous sommes réveillés par le bruit des gouttes d’eau sur la tente. Verdict : il pleut pour notre dernier jour au Torres del Paine ! Nous plions nos affaires tout en restant à l’abri dans la tente puis nous prenons notre petit dej. La tente est trempée et pleine de boue sur les rebords, pas très pratique pour la ranger. Aujourd’hui, il nous reste à parcourir 7,6km pour rejoindre le refuge de Paine Grande, point de départ des bateaux qui traversent le lac pour rejoindre la route. Le sentier est vraiment facile, c’est la portion la plus facile du trek, et nous slalomons à travers les flaques d’eau. C’est la gadoue ! Nous pénétrons à travers la partie du parc qui a brûlé au mois de janvier dernier. En effet, le Torres del Paine a connu un sévère incendie qui a brûlé 1/3 de sa surface. Cet incendie aurait été provoqué par le feu d’un trekker un jour de grand vent. Nous marchons au coeur de la forêt calcinée, nous sommes encerclés d’arbres noircis, comme pétrifiés sur place, on se croirait dans un cimetière d’arbres… ça fait vraiment mal au coeur de voir ça. Il y a encore quelques odeurs de fumée qui se dégage. De grosses bourrasques de vent viennent nous prendre par surprise et nous empêche d’avancer.

La forêt calcinée…

La pluie a cessé de tomber et le ciel commence à s’éclaircir, nous apercevons même des carrés de ciel bleu. Derrière nous se détachent les blocs rocheux de Los Cuernos.

Nous nous rapprochons du lago Pehoé, un immense lac à l’eau bleu-vert. Nous ne tardons pas à apercevoir les toits du refuge Paine Grande, nous y sommes presque ! Ca tombe bien, car le ciel recommence à se couvrir, et la pluie menace de tomber à tout moment. Nous nous mettons au chaud à l’intérieur, nous avons une heure à tuer en attendant que le bateau arrive. Nous sommes arrivés au bout du circuit du W !Nous patientons en jouant aux cartes tout en buvant un thé chaud. Pendant ce temps, le temps s’est dégradé, le vent souffle par bourrasques et la pluie tombe… on est bien content d’être arrivé avant la tempête !

A 12h30, nous prenons le bateau en compagnie de tous les saisonniers du refuge pour qui la saison est terminé. C’est aujourd’hui que le refuge ferme ses portes pour l’hiver. Nous les retrouvons un peu plus tard dans le bus, ils sont tous bien bourrés et bruyants alors que nous n’avons qu’une envie : roupiller dans le bus. Nous prenons notre mal en patience et arrivons deux heures plus tard à Puerto Natales. Il nous reste encore à rendre notre matériel de camping et à faire des courses pour le repas de ce soir. Après ça, nous prenons une bonne douche chaude, la vraie récompense après ces 4 journées de marche ! Le soir, nous nous préparons un bon petit diner : purée de courges et poulet fermier, arrosé d’un petit verre de vin blanc !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *