Jour 281 : Marché de Carhuaz et journée tranquille !

Notre dernière journée à Huaraz commence par une session crêpes pour le petit déjeuner. Nico prépare la pâte pendant que j’émerge tout doucement puis nous galérons un peu pour les faire cuire avec les poêles toutes pourries… on se débrouille avec les moyens du bord ! Finalement, on finit par dompter les poêles et nous nous régalons bien. Nous les partageons avec une des petites filles d’Emilio qui prend son petit déjeuner en même temps que nous. Elle est âgée d’une douzaine d’années et est sourde et muette. Elle a l’air ravie de manger des crêpes et ça nous fait bien plaisir de la voir se régaler. Après ce petit déjeuner de roi, nous rejoignons le centre-ville et attrapons un combi pour Carhuaz, un petit village situé à une trentaine de km de Huaraz. Ca nous permet de profiter encore une fois des paysages de la vallée de Huaraz… c’est vraiment splendide, nous ne nous en lassons pas. Décidemment, Huaraz et la Cordillera Blanca resteront un gros coup de cœur de notre voyage.

L’avantage d’aller à Carhuaz un dimanche matin est de pouvoir flâner dans le marché local. Le marché s’étale dans toutes les petites ruelles pavées de la ville et c’est un des plus importants de la vallée. Le gros avantage est qu’il n’est absolument pas touristique. C’est bien simple : nous ne devons pas être plus de 5 occidentaux dans tout le marché ! C’est donc un marché local dans toute sa splendeur, avec toutes ses couleurs, ses petites dames vêtues de leur tenue traditionnelle et de leurs beaux chapeaux qui descendent de leurs petits villages perchés dans la montagne pour vendre leurs légumes et récolter quelques sous. Nous retrouvons un peu l’ambiance des marchés asiatiques, en encore plus traditionnel ! Nous nous régalons à flâner dans le marché, à observer les gens vivre, bref, nous passons un bien agréable moment. Seul petit bémol : les gens ici n’aiment pas trop être pris en photo. Du coup, on hésite un peu à les photographier à la sauvette car on se dit que ce n’est pas très respectueux envers eux. Mais d’un autre coté, c’est tellement un spectacle de couleurs qu’on ne peut pas s’empêcher de prendre quelques clichés par-ci par-là, tout en restant le plus discret possible… pas facile !

Bienvenue au marché animé de Carhuaz…

La symphonie des chapeaux…

… et le stand de chapeaux qui n’est pas bien loin !

Vendeuse de laine… et de pop corn !

A midi, nous déjeunons dans un petit resto typique du coin qui sert des menus pour quelques « nuevo soles ». Au menu du jour : une soupe de pâtes et un plat chaud à base de viande, de riz et de frites… oui, les péruviens raffolent des féculents mais ne sont pas très friands de légumes. J’avoue que l’idée de manger des pâtes, du riz et des frites au cours d’un même repas ne m’avait encore jamais traversé l’esprit ^^. Nous sommes les seuls « gringos » du restaurant, et nous sommes vite repérés ! Nous sommes rejoints à notre table par une jeune fille de 19 ans qui a envie de papoter avec nous. Elle s’appelle Gisela et est vraiment très gentille. Elle nous pose plein de questions sur nous et la France et nous parle aussi d’elle, de ses études et de sa famille. Pendant ce temps, la petite télé du resto diffuse le match de foot qui oppose de Pérou à l’Uruguay. C’est un match de sélection pour la coupe du monde et les péruviens sont au taquet ! Ils sont tous agglutinés autour de la petite télé et ont l’air captivé par le match.

Avec Gisela

Après le repas, nous faisons un tour dans le village. Il y a une sorte de cérémonie qui se déroule et les jeunes ont dessiné sur le sol des calices, des colombes,… recouvert de pétales de fleurs. Nous essayons d’en savoir un peu plus, s’agit-il d’un concours ou de quelque chose dans le genre ? En fait non, c’est tout simplement dédié à la vierge marie nous répondent-ils… ben oui, que nous sommes bêtes, on avait oublié à quel point les sud-américains étaient croyants… En tout cas, le résultat est bien joli, surtout qu’en on imagine tout le travail que cela représente. Et dire que dans quelques heures à peine, tout cela sera piétiné par les passants, et il n’y aura plus rien…

Rues décorées de Carhuaz

C’est la fête au village !

Vendeur de glace ambulant… qui a beaucoup de succès !

Nous rentrons à Huaraz en fin de journée par le bus local. Nous filons directement chez Emilio pour préparer nos sacs qui sont tout en vrac. Pas de bol pour nous, il y a eu une coupure générale d’électricité ce qui fait que notre linge n’a pas pu être nettoyé à la machine comme prévu. Du coup, nous repartons avec notre gros sac plastique plein de linge sal (tout nos vêtements du trek y sont bien entendu), on bourre tout ça dans les sacs… vive les odeurs ! En fin de soirée, nous faisons nos aurevoirs à la femme d’Emilio et à sa fille, car malheureusement, Emilio n’est pas là lorsque nous partons. Nous attrapons notre bus de nuit qui part à 22h back to Lima… youhouuuu !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *