Jours 293 à 295 : Copacabana et Isla del Sol, sur les eaux paisibles du lac Titicaca…

Du 23 au 25 juin 2012

Notre bus nous dépose au petit matin quelque part au milieu du « no man’s land »… nous ne devons pas être bien loin du poste frontière de Desaguadero, porte d’entrée pour rejoindre directement La Paz. Quand à nous, nous profitons de quelques jours pour faire un petit stop par le légendaire et au combien magnifique lac Titicaca ! Nous sommes encore à moitié endormis lorsque nous nous entassons à l’arrière d’un minivan qui doit nous conduire au poste frontière pérou-bolivie. Une dame est là pour nous « aider » à passer la frontière, et elle prend bien soin de nous arrêter en route à un bureau de change (dans lequel elle touche certainement une commission) pour que nous fassions changer quelques dizaines de dollars en « Bolivianos » (la monnaie bolivienne). Ceci pour la simple et bonne raison qu’il n’y a pas de distributeur de monnaie à Copacabana et que les taux de change sont soi-disant « plus avantageux ici » (plus avantageux pour qui ? On se le demande…). Dans le doute, nous décidons de faire confiance à la dame mais en réalité, il s’avèrera que le taux de change était bien meilleur à Copacabana… erreur de débutant ^^ ! Après ça, nous passons la douane péruvienne pour faire aposer notre tampon de sortie (petite larme à l’oeil quand même en quittant le Pérou…) puis c’est à pied et sacs sur le dos que nous rejoignions le poste frontière bolivien. C’est toujours une expérience que de passer la frontière d’un pays à pied : on passe sous un grand portique et nous voilà en Bolivie ! Nous remplissons un petit formulaire que nous présentons au douanier avec notre passeport, et hop hop hop, un nouveau tampon sur le passeport… nous sommes les bienvenue en Bolivie !

Quelques km plus loin, le minibus nous dépose à Copacabana, petite ville paisible située tout au bord du lac Titicaca. Le prochain bateau pour l’Isla del Sol ne part pas avant 13h30, ce qui nous laisse la fin de la matinée pour flâner dans Copacabana. Comme nous ne sommes pas très frais suite à notre nuit dans le bus, nous décidons de nous poser à la terrasse d’un resto pour siroter un jus de fruits et bouquiner un peu le guide.

Premiere rerncontre avec le Titicaca… Wahouuuuu !

Vue sur Copacabana depuis le port

En début d’aprem, nous montons à bord du bateau qui doit nous conduire sur l’Isla del Sol. Nous grimpons sur le toit ouvert du bateau pour profiter de la vue sur le lac Titicaca, que nous découvrons pour notre plus grand plaisir ! Cet immense lac est situé à 3600m d’altitude, faisant de lui un des lacs les plus hauts du monde (peut-être même le plus haut d’ailleurs). Ces eaux scintillantes sont d’un bleu si profond qu’on dirait presque qu’il s’agit d’une mer intérieure. D’ailleurs, plusieurs centaines d’années en arrière, le lac Titicaca était relié à l’océan par un canal, mais compte tenu du recul des eaux, ce canal s’est asséché, faisant du Titicaca le lac qu’il est aujourd’hui.

Une heure et demi de traversée plus tard, nous posons le pied sur l’Isla del Sol ! Nous payons un petit droit d’entrée pour pouvoir accéder sur l’ile puis un looooooonnnnng escalier nous attend (surnommé « l’escalier de l’inca »… tiens, ça faisait longtemps qu’on avait pas monté des marches ^^) pour rejoindre le village de Yumani et avec le poids du sac sur le dos combiné à l’altitude… c’est cadeau ! Nous ne sommes pas fachés de poser nos sacs dans un joli petit hôtel, très bon marché, et avec une vue splendide sur le lac… ça sent comme un air de vacances ! Nous finissons la journée par une petite balade tranquille sur l’île histoire de découvrir un peu les lieux et tout cela semble absolument magnifique… nous avons hâte d’aller crapahuter un peu plus loin !

Lac Titicaca depuis Isla del Sol…

Vue sur le lac depuis notre hotel… j’approuve !

Le lendemain matin, après une bonne nuit de sommeil réparatrice, nous émergeons tout doucement, tirons les rideaux de notre chambre et hoooo, la belle surprise, les rayons du soleil qui scintillent sur le lac… ce n’est pas grand chose et pourtant, qu’est-ce que c’est beau ! Ca nous met direct en forme pour commencer la journée, et nous nous empressons de descendre pour prendre le petit dej. Là encore, un bon petit dej avec des oeufs, du bon pain et même du beurre maison… le top ! Nous rassemblons quelques affaires avant de partir pour une longue marche sur l’île : l’objectif est de remonter tout au nord de l’île, en suivant la côte le long d’un sentier qui traverse des villages, plutôt sympathique ! Au début, nous galérons un peu à trouver le début du sentier, nous commençons à grimper sur une petite colline qui culmine à 4000m (point culminant de l’île), de là-haut nous apercevons un sentier qui coupe l’île en plein milieu mais ce n’est pas celui-ci que nous voulons prendre alors nous décidons de couper à travers champs et de suivre notre instinct (ou plutôt, je suis l’instinct de Nico qui a un bon sens de l’orientation !)… Finalement, cela finit par payer et nous parvenons à retrouver le sentier qui longe le littoral du lac.

Sur l’île, aucun véhicule à moteur ne circule : toutes les marchandises et provisions sont acheminés à dos de mules de villages en villages. Il n’y a aucune route digne de ce nom, seulement des sentiers de terre qui permettent de relier les villages entre eux. C’est vraiment un mode de vie ancestrale qui subsiste… Comme un petit bout de terre coupé du monde. Certaines maisons n’ont même pas l’eau courante et doivent venir s’approvisionner en eau dans des fontaines. Les paysages sont vraiment magnifiques, tout ici respire le calme et la tranquilité. Nous traversons un premier village, plutôt modeste, on croise quelques habitants qui guident des troupeaux de bêtes ou qui sont en plein travail dans les champs. On se demande si les enfants ici vont à l’école… nous voyions bien quelques batiments qui ressemblent à des écoles mais ils sont déserts la plupart du temps.

Après trois heures de marche, nous arrivons au village de Challapampa, situé tout au nord de l’île. Nous en profitons pour acheter un casse-croute à une petite dame dans la rue, que nous dégustons assis au bord du lac. Nous poursuivons ensuite en direction des ruines de Chincana (après avoir payé un petit droit d’entrée). Ces ruines datent de l’époque inca et sont situées dans un site grandiose, dominant les eaux bleux intenses du lac. Nous ne nous lassons pas des paysages… beaucoup de personnes nous avaient parlé de l’isla del sol, en ne disant que du bien, mais là vraiment, nous sommes conquis ! Les paysages sont tous merveilleux aux quatres coins de l’île, nous croisons peu de touristes, et il se dégage une athmosphère vraiment paisible, un peu comme si le temps s’était arrêté.

Plage de Challapampa

Nous reprenons tout doucement le chemin du retour en direction de Yumani, sauf que cette fois-ci, nous empruntons le chemin qui passe par l’intérieur de l’île. Celui-ci ne traverse aucun village mais permet de dominer l’île et d’avoir une belle vue d’ensemble, notamment sur les sommets enneigés. De nouveau, un droit d’entrée s’applique de 15 bolivianos chacun ! Alors c’est sur, ce n’est pas grand chose à chaque fois mais c’est un peu ralant de devoir payer à tous les coins de rue, pour tel village par-ci, pour telle ruine par-là, ou encore pour avoir le droit de passer sur un chemin… mais bon, c’est le jeu ma pauv’ lucette et puis l’idée de reprousser chemin pour repasser par le littoral ne nous dit pas trop, alors ma foi, nous payons.

Sommets de la Cordillera Real en toile de fond

Après cette bonne journée de crapahutage sur l’île, nous ne sommes pas fâchés d’arriver à Yumani. Mais nous reprenons notre courage à deux mains pour grimper sur une petite colline qui permet d’admirer le coucher du soleil… allez, ce n’est pas tous les jours qu’on voit le coucher du soleil sur le lac Titicaca ! Après cela, un bon petit repas (nous goutons à la soupe de Quinoa, spécialité de l’isla del sol) puis nous filons au lit !

Le jour suivant, nous quittons la belle Isla del Sol pour regagner la terre ferme ! Nous accostons à Copacabana en fin de matinée, déposons nos affaires dans une guesthouse un peu miteuse mais bon marché (que voulez-vous, on ne peut pas toujours trouver des perles rares !) puis nous filons sur la plage de Copacabana pour déguster une bonne truite du lac Titicaca, cuisiné dans une des nombreuses petites gargotes qui bordent la plage, et qui sont tenues par des « cholitas » (dames boliviennes qui portent la tenue traditionnelle) qui jonglent entre tricot et cuisine. Nous nous installons sur une table au soleil pour déguster notre truite tout en admirant la vie qui passe sous nos yeux… un moment délicieux !

Une bonne truite du lac Titicaca, y’a que ca de vrai !!

Petite vendeuse de glace siur la plage

Ensuite, nous partons faire un petit tour à pied pour découvrir la ville. Lors de notre première venue il y a deux jours de cela, la ville ne nous avait pas laissé un souvenir impérissable mais aujourd’hui, nous sommes agréablement surpris. En fait, une fois sortie de la rue très touristique qui regroupe toutes les boutiques d’artisanat, les restos, guesthouses et agences, on découvre le coté beaucoup plus authentique de Copacabana et il règne dans ses petites ruelles ensoleillées une atmosphère particulièrement paisible et agréable… il fait bon flâner ici. Nous faisons un tour du coté de la magnifique cathédrale de Copacabana, qui ressort toute blanche sur le ciel bleu, avec ses faïences de style mauresque et andalou.

Cathédrale de Copacabana

Il se passe un truc complètement improbable aux abords de cette cathédrale : un baptême tout à fait original. En effet, lorsqu’un bolivien achète une nouvelle voiture, il vient la faire baptiser devant la cathédrale ! La voiture est toute décorée de guirlandes et de petites offrandes, et ce « baptême » d’un style tout particulier est destiné à protéger la voiture (et ses occupants) contre les accidents. Ensuite, ils accrochent une banderole à l’intérieur de la voiture avec une inscription du genre « nuestra señora de Copacabana protégez-nous », preuve que la voiture est baptisée. Même les compagnies de bus viennent faire baptiser leurs nouvelles flottes avant de les mettre en service ! Ha ba faut dire que c’est plus économique que de souscrire une assurance ! Nous assistons à deux de ces baptêmes : l’un pour un bus, et l’autre pour un minibus. Même la bouteille de champagne est de sortie pour l’occasion ! Cela nous plonge directement dans les croyances auxquelles sont très attachés les boliviens.

Bapteme de minibus !

Après avoir assisté à la cérémonie de baptêmes des voitures, nous poursuivons notre petit tour dans la ville. Nous traversons un petit marché dans lequel des dizaines de Cholitas vendent des sortes de gros pop-corn, présentés dans d’énormes sacs qui doivent peser plusieurs dizaines de kilos. Bien entendu, nous qui aimons gouter à tout et n’importe quoi, nous achetons un petit sac remplis de ces friandises (miam miam !).

Petit marché des gros pop-corn !

Ensuite, direction le Cerro Calvario, une montagne qui domine Copacabana et qui permet d’assister au coucher du soleil tout en admirant une très belle vue sur la ville. Nous arrivons peu de temps avant le coucher du soleil, et nous assistons à la tombée du jour tout en grignotant nos pop-corn… dès que le soleil est disparu, un petit vent glacial vient nous rappeler à l’ordre : « il est temps de redescendre les enfants » ! Et oui, n’oublions pas que nous sommes à 3800m et dès qu’il n’y a plus de soleil, ça caille sévère !

Arrivée au sommet du Cerro Calvario

Vue sur Copacabana depuis le Cerro Calvario

Cathedrale vue depuis en haut

Nous faisons un saut rapidos pour acheter nos tickets de bus pour le lendemain, trouvons un petit resto pour manger un morceau puis nous rentrons nous mettre au chaud ! Je passe une bonne partie de la soirée à batailler avec le soi-disant « accès wifi » de l’hôtel qui ne fonctionne pas du tout (ou tout du moins pas suffisamment pour charger des photos)… grrrr ça énerve ! Tant pis pour le blog, il faudra attendre d’être àLa Paz… En attendant, je me glisse sous la couette et bonne nuit !

Coucher de soleil sur le Titicaca…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.