Jours 328 à 331 : En passant par les jolis villages de la Vallée Calchaquiès…

27 au 31 juillet 2012

Pour explorer cette région du nord de l’Argentine, nous avons décidé de louer une voiture pour quelques jours. La voiture offre plus de liberté que le bus, notamment la possibilité de s’arrêter le long de la route et dans les villages lorsqu’on le souhaite.

Notre petit périple de 4j a été le suivant : depuis Salta, nous rejoindrons Cachi en passant par les étendues de cactus géants du parc national los cardones. Nous suivrons ensuite la route 40 jusqu’à Cafayate, en passant par les petits villages dela ValléeCalchaquiès.Puis nous ferons un petit crochet par Tafi del Valle, village de montagne, avant de remonter à Salta en passant parla Quebradade Cafayate.

1er jour : de Salta à Cachi, en passant par un désert de cactus…

Nous récupérons notre petite voiture de bon matin, une Renault Clio grise trois portes (ça nous rappelle vaguement quelque chose !) et parvenons à sortir de Salta sans problème, Nico aux commandes du véhicule, et moi en co-pilote gestion de cartes (« j’avais dit à gauche Nico », « mais non, c’est là j’te dis ! »)… belle équipe ! Nous commençons par suivre une bonne route goudronnée avant de bifurquer en direction de Cachi, notre destination pour aujourd’hui. Très vite, la route goudronnée laisse place à une piste caillouteuse et poussiéreuse qui serpente à travers un paysage sublime, le charme opère !

Sur la route… (palam, palalalam…)

On se croirait presque en Australie !

Roadsign Lama ^^ !

Nous pénétrons un peu plus loin dans la zone du parc national Los Cardones, qui tient son nom du célèbre cactus appelé « cardon » en espagnol. La route traverse alors de vastes étendues désertes parsemées de milliers de cactus géants… incroyable ! D’ailleurs, le cactus sera un peu le fil rouge de ce périple puisque nous en verrons quasiment partout, éparpillés dans le paysage. De toute façon, c’est à peu près le sol « arbre » (si on peut dire ça comme ça) qui parvient à subsister dans le coin… le sol est tellement aride ! Le cactus a d’ailleurs constitué la seule source de bois pour les menuisiers de la région qui s’en sont servis notamment dans la construction des églises (plafond en bois de cactus par exemple). Aujourd’hui, on peut trouver toute sorte d’objets d’artisanat fabriqués en bois de cactus qui sont vendus dans les villages de la vallée Calchaquiès.

Parc National Los Cardones

Quelques kilomètres plus tard, nous arrivons à une bifurcation, nous prenons à gauche et nous voilà sur la légendaire route 40 ! Cette route est mythique en Argentine car elle traverse tout le pays du nord au sud le long de la cordillère des Andes, autant dire que ça représente beaucoup de km ! Aujourd’hui, certaines sections de cette route sont goudronnées, mais sur la portion qui traversela ValléeCalchaquiès, il s’agit uniquement d’une piste sinuant à travers un paysage aride et bordée de petits villages pittoresques. Nous avions déjà parcouru une portion de cette route entre El Chaltèn et Bariloche et nous sommes bien contents de retrouver cette route mythique.

A nous la route 40 !

Nous arrivons en fin d’après-midi dans la charmante bourgade de Cachi, dont toutes les maisons sont blanches ! Une fête se déroule aujourd’hui dans le village, il s’agit d’un rassemblement de tous les villages des environs pour faire une sorte de concours de gastronomie. Plusieurs stands proposent des spécialités à base de noix, chaque stand à un numéro et les gens votent pour élire le stand qu’ils ont préféré. A la fin, il y a une remise de lots et un petit concert de musique traditionnelle. En grands gourmands que nous sommes, nous en profitons pour goûter quelques spécialités, notamment une sorte de meringue aux noix et une petite compote de fruits avec des noix… pas mal du tout !

Eglise de Cachi

Belles arches blanches…

Le soir, nous dinons dans une « peña » qui est un petit resto dans lequel des petits groupes de musiciens jouent et chantent des chansons traditionnelles argentines. L’ambiance est très sympa et nous passons une bonne soirée !

 

2ème jour : de Chachi à Cafayate, au fil de la légendaire « ruta 40 »…

Après une bonne nuit de sommeil, nous remballons nos affaires et reprenons la route. Nous commençons par grimper au sommet d’un petit mirador qui domine le village de Cachi. Sur notre gauche se trouve la longue vallée du rio Calchaquiès et sur notre droite, les majestueuses montagnes de la cordillère des Andes. Cachi parait bien petit vu d’ici ! Nous apprécions cette jolie vue et l’air pur et frais des montagnes… une bonne manière de démarrer la journée.

Point de vue sur Cachi

Les montagnes ne sont pas bien loin !

Nous retrouvons ensuite la RN40 en direction de Cafayate, notre prochaine étape pour aujourd’hui. Nous déroulons les kilomètres tout en laissant derrière nous de gros nuages de poussière. Nous croisons de temps à autres de minuscules hameaux constitués de quelques maisons en pisé… et toujours des cactus ! Nous faisons un petit détour par le village de Seclantas, considéré comme « le berceau spirituel du poncho de Salta ». D’ailleurs, on peut voir de nombreuses maisons de tisserands et quelques exemplaires de ces ponchos qui sont vendus sur des stands installés le long de la route.

Route vers Molinos

Le clocher de Seclantas…

Allez-y répétez-ça plusieurs fois de suite très vite ^^ (non vraiment, j’insiste !)

Petit monument le long de la route en l’honneur du Gauchito (un héros argentin)

La tradition veut qu’on klaxonne en passant devant !

Nous arrivons ensuite à proximité du village de Molinos et en profitons pour nous dégourdir un peu les jambes. Ce village est ravissant et la vie à l’air vraiment paisible ici ! Les gens se déplacent essentiellement en bicyclette à travers les ruelles poussiéreuse du village et les villageois que nous croisons sont souriants et semblent détendus. En même temps, ils ne doivent pas avoir une vie trop stressante ici !

C’est gentil ça dis-donc !

La pointe de la technologie !

Nous poursuivons encore sur une cinquantaine de km et nous arrêtons dans la minuscule bourgade d’Angastaco pour le repas de midi. Par la moindre trace d’un resto dans le village, seulement quelques « comedors » qui sont des sortes de cantines populaires. Nous frappons à la porte d’une maison indiquée comme étant un comedor et tombons sur une petite famille en plein repas. La maitresse de maison nous accueille et nous sert une bonne cuisine maison tandis que son mari, le style même du gaucho argentin, avec son chapeau de cow-boy et son foulard autour du cou, est tout fier de nous montrer sa collection de cartes postales du monde entier ! Il semblerait que chaque personne qui passe ici lui envoie ensuite une carte postale de son pays… et ça en fait des cartes ! On ne croirait pas comme ça, mais il y en a du monde qui passe dans ce village ! Ca permet à notre ami Leonardo de voyager un peu… tout en restant chez lui ! Nous prenons à notre tour l’adresse de Leonardo (que nous surnommons Leonardo Le Gaucho) et lui promettons de lui envoyer une carte de France dès notre retour…

Nico et Leonardo Le Gaucho

La portion de route qui nous sépare de Cafayate nous réserve un paysage spectaculaire avec ses formations rocheuses déchiquetées. On dirait qu’Edward aux mains d’argent est passé par là et a découpé la montagne avec ses paires de ciseaux… c’est vraiment incroyable ! Après un désert de cactus, nous passons maintenant dans un désert de roche et on se croirait sur une autre planète ! Un petit stop s’impose pour profiter de ce paysage hors du commun.

Superbe route vers Cafayate

Petit stop pour admirer le paysage

Nous arrivons à Cafayate en fin d’après-midi, déposons nos affaires dans une auberge et ressortons faire quelques courses. Nous galérons à trouver un supermarché ouvert, car nous sommes dimanche ! Nous finissons par dégoter un petit marchand de fruits et légumes et nous lui achetons quelques légumes pour notre repas de ce soir. Nous passons une petite soirée tranquille à l’auberge de jeunesse, les vacances sont terminées en Argentine, et il n’y a quasiment que des français dans l’auberge.

 

3ème jour : petite escapade à Tafi del Valle

Le lendemain, nous faisons un crochet vers le village de montagne de Tafi del Valle. Ce village est situé à environ 120km de Cafayate, de l’autre coté d’un col. La route traverse de grands domaines viticoles, mais à cette époque de l’année, les vignobles sont un peu déplumés ! De nombreux auto-stoppeurs attendent le long de la route, quelques fois des voyageurs, mais aussi beaucoup d’argentins (des familles entières parfois !) et comme nous avons de la place dans la voiture, nous nous arrêtons pour en prendre quelques uns. Le must sera une famille de… 5 personnes ! Papa, Maman et leurs trois garçons ! Tout le monde parvient à s’entasser sur la banquette arrière… nous sommes donc 7 dans la Clio trois portes, record battu !

Une fois arrivés à Tafi del Valle, nous découvrons ce joli village de montagne situé dans un cadre magnifique et entouré de sommets verdoyants. Nous passons à l’office du tourisme et commençons une promenade qui grimpe jusqu’à un joli point de vue. Malheureusement, le temps est voilé aujourd’hui et nous ne voyons pas grand-chose… la balade est quand même très agréable, ça fait du bien de gambader après ces deux journées de route où nous n’avons pas beaucoup marché. Nous en profitons pour pique-niquer au sommet du mirador, l’air est un peu frisquet malgré le soleil, nous sommes en montagne !

Temps brumeux à Tafi del Valle

 

4ème jour : retour à Salta en passant par la Quebrada de Cafayate

Notre périple arrive bientôt à sa fin et ce soir, il faudra que nous rendions notre voiture… snif ! Cette région nous plait beaucoup. En attendant, nous voulons profiter de notre dernière journée ! Nous commençons par faire une jolie balade dans les environs de Cafayate, en suivant un chemin censé mener à une cascade. Le sentier longe le rio colorado, une petite rivière qui coule à travers de hautes parois rocheuses. Malheureusement, ledit sentier est mal indiqué, et se perd parfois dans la végétation… on essaie tant bien que mal de suivre les traces de pas de nos prédécesseurs (à la manière d’Ansel et Gretel) mais parfois il faut carrément improviser ! Nous pestons un peu car après avoir payé 10 pesos chacun pour pouvoir accéder au sentier, on pensait au moins trouver un balisage, mais absolument rien de tout ça… on se demande vraiment à quoi sert l’argent qu’on leur donne, en tout cas certainement pas à entretenir le sentier. Nous progressons un bon moment le long du rio Colorado et finissons par rebrousser chemin car nous arrivons à un endroit carrément accidenté où il devient très difficile de se frayer un chemin. Malgré tout, la balade était très agréable et le cadre vraiment joli, et même si nous ne sommes pas arrivés à la cascade, ça nous a fait du bien de prendre l’air !

De retour à Cafayate, nous déjeunons au soleil sur le toit-terrasse de l’auberge, une bonne salade avec un avocat comme on les aime, gorgé de soleil et fondant… miam ! Nous en profitons aussi pour commencer à organiser notre séjour à Buenos Aires… notre prochaine étape !

En milieu d’après-midi, nous prenons le chemin du retour pour rejoindre Salta. Finiela RN40, c’est maintenant une bonne route goudronnée qui s’offre à nous ! Et pas n’importe quelle route puisque celle-ci traverse les paysages spectaculaires dela Quebradade Cafayate ! Un des trajets les plus mémorables du pays, selon notre guide Lonely… c’est pas n’importe quoi ! Effectivement, cette zone sauvage est composée de grès aux couleurs chaudes et de formations rocheuses surréalistes, sculptés par le rio de Las Conchas. On pourrait s’arrêter partout le long de la route pour admirer ce paysage. Parmi les formations les plus spectaculaires, citons la « garganta del diablo » et « l’amphiteatro », des sortes de cavernes creusées dans la roche, dans lesquelles le son résonne à la perfection… de vraies salles de concert grandeur nature !

Quebrada de Cafayate

Couleurs incroyables…

L’amphithéâtre

Nous sommes de retour à Salta en fin d’après-midi et cette fois-ci, nous galérons à retrouver notre chemin dans cette ville quadrillée où toutes les rues sont à sens unique ! A force de tourner en rond, nous finissons par retrouver notre adresse, déposons nos affaires à l’auberge avant d’aller rendre la voiture. De nouveau, un petit tour au marché central s’impose pour acheter quelques fruits et légumes ainsi que deux bonnes parts de « bife » (équivalent du steak) pour notre repas de ce soir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *