Les chutes d’Iguaçu… de l’émerveillement en cascades !

8 et 9 août 2012

Nous avons consacré deux journées à la visite des chutes d’Iguaçu : la première journée pour le côté argentin, et la seconde pour le coté brésilien. Chaque côté a ses avantages : le coté argentin offre un cadre plus intimiste grâce à la proximité avec les chutes, tandis que le coté brésilien bénéficie de vues panoramiques spectaculaires.

Les chutes d’Iguaçu – coté argentin :

Notre bus nous attend à 8h pétante devant l’hôtel comme prévu et avant cela, c’est un peu le marathon entre le réveil, le p’tit dej’, la préparation des sacs et des sandwichs… et un p’tit détour par la banque car nous n’avons plus un sou en poche ! Pfiou la journée commence sur les chapeaux de roue ! Une fois sur place, nous achetons nos tickets d’entrée (précieux sésames pour accéder au site), nous récupérons un plan du parc, passons le portique d’entrée et hop’, nous voilà dans le parc national d’Iguaçu ! Dans quelques minutes, nous découvrirons ces chutes mondialement connues… un petit brin d’émotion qui nous rappelle que la fin du voyage approche, mais qu’il nous reste encore de belles choses à voir !

Petite parenthèse culturelle (promis ce ne sera pas long ^^) : les chutes de l’Iguaçu sont formées par le Rio Iguaçu qui prend sa source quelques 600km en amont, recevant au passage des dizaines d’affluents. Le fleuve s’élargit progressivement avant de se précipiter en d’incroyables cataractes : en tout, ce sont 275 chutes qui s’étalent sur plus de 3km de longueur et plongent de 80m de hauteur… faisant d’elles les chutes les plus spectaculaires au monde (au même titre que les chutes du Niagara ou du Victoria). En moyenne, le débit d’eau qui se déverse atteint 1750 m3 par seconde !! Bien avant leur découverte, les chutes étaient un lieu sacré d’inhumation pour les Tupi-Guarani et les Paragua. D’ailleurs, le mot « iguaçu » signifie « grandes eaux » en langage Guarani. Les chutes sont inégalement réparties entre l’Argentine et le Brésil, sachant que la grande majorité sont situées du coté argentin.

Petit morceau du Rio Iguaçu

Bébé-cascade pour commencer !

Nous empruntons une des passerelles qui permet d’approcher les chutes de plus près, celle-ci traverse la forêt tropicale et nous entendons déjà le bruit assourdissant de l’eau. Quelques minutes plus tard, nous découvrons enfin les chutes, une succession de cascades qui s’étalent sur plusieurs km dévalant au cœur d’une végétation tropicale exubérante… l’ensemble est vraiment majestueux et nous restons sans voix !

La cour des grands…

Les cascades étagées se jettent les unes dans les autres, tantôt en de minces filets, tantôt en de larges cataractes déversant à la seconde des milliers de litres d’eau dans un grondement assourdissant. Les gouttes d’eau se mêlent aux rayons du soleil pour créer de superbes arcs-en-ciel qui semblent tenir en équilibre comme par magie sur ce rideau de cascades. S’ajoutent à cela des centaines de papillons colorés qui virevoltent autour de nous… Rien à redire, l’ensemble est parfait et si le paradis sur terre existe, il ne doit pas être très loin d’ici ! En tout cas, nous voilà une fois de plus devant une belle oeuvre de dame nature…

Un des endroits que nous avons préféré est un belvédère situé juste au pied de la chute Bossetti, l’eau se déverse en une force impressionnante pour atterrir plusieurs mètres plus bas dans un grondement assourdissant… on a presque l’impression qu’on pourrait la toucher ! La passerelle permet d’approcher la cascade, et de prendre une bonne douche au passage… de quoi nous raffraichir les idées !

Salto Bossetti

Nous avons aussi la chance d’apercevoir quelques animaux sur notre passage, le parc compte de nombreuses espèces, mais avec la fréquentation touristique, il n’est pas toujours évident de les voir. Nous apercevrons de superbes toucans, ces beaux oiseaux tropicaux avec un bec orange vif, mais également de nombreux papillons et plusieurs bandes de « coatis », ces bestioles avec un nez allongée et une longue queue rayée… ils ont l’air filou et n’attendent qu’une chose : que nous ayions le dos tourné pour chaparder un peu de nourriture dans nos sacs !

Les magnifiques toucans…

Les oiseaux-gourmands (c’est nous qui les avons baptisé comme ça !)… en fait, ils sont tellement pas sauvages qu’ils viennent grignoter dans la main des gens !

Quelques jolis papillons

Et les coatis-chapardeurs, de vrais petits filous ces bestioles !

Et aussi un singe,…

Et même une tortue !

Nous empruntons ensuite le petit train qui nous mène jusqu’à la station de la Garganta del Diablo (oui, dis comme ça, ça fait penser à un parc d’attraction… ce qui n’est pas faux, mais le site est tellement beau qu’on oublie vite ce coté touristique). Une longue passerelle permet de franchir la rivière, qui semble particulièrement tranquille à cet endroit. Un peu plus loin, un spectacle époustouflant nous attend : la passerelle débouche sur un belvédère et nous tombons sans crier gare sur l’échancrure infernale en plein milieu de la rivière, comme si le sol s’était dérobé à cet endroit sous la pression des flots… des milliers de mètres cubes d’eau s’écoulent avec une force phénoménale pour atterrir 80m plus bas. Vue d’en haut et avec la vapeur d’eau qui se dégage, on croirait presque que la cascade se déverse dans les profondeurs du néant, dans un trou sans fond… l’endroit a quelque chose d’effrayant et on se sent vraiment tout petit et tellement insignifiant face à cette quantité d’eau qui se jette devant nos yeux, comme pour nous rappeler que la nature est reine.

Petit train pour la Garganta del Diablo

Y’a comme qui dirait un trou dis donc !

Que dis-je ? … Un gouffre !

Les photos donnent un aperçu mais le plus impressionnant, c’est de voir tout cette eau qui tombe vers le néant dans un vacarme assourdissant…

Décoiffant ^^ !

La fin de la journée approche et nous avons bien crapahuté dans le parc… les chutes d’Iguaçu ont été à la hauteur de nos espérances et nous avons eu notre dose d’émerveillement pour aujourd’hui. De retour à Puerto Iguaçu, nous faisons un petit détour par la station de bus pour acheter nos billets pour Rio… nous avons décidé de rester à Puerto Iguaçu pour visiter le coté brésilien, ce qui nous évite un transfert vers Foz de Iguaçu (la ville située du coté brésilien) et puis l’atmosphère tranquille qui règne ici nous plait bien. Nous faisons un saut au supermarché pour acheter de quoi faire notre repas de ce soir puis nous passons la soirée sur la terrasse de l’auberge avec nos copains de chambrée et échangeons nos impressions respectives sur notre journée. A 23h tout le monde file au lit et demain, nous partirons découvrir le coté brésilien !

 

Les chutes d’Iguaçu – coté brésilien :

On pensait pouvoir faire une petite grasse mat’ mais en fait, nous avons les yeux grands ouverts prêts à bondir du lit dès 7h30 ! Il semblerait que la nuit soit terminée ! Nous sautons du lit et descendons prendre notre petit dej’ : tout est à volonté sous forme de buffet, avec de la dulce de leche comme on aime… trop cool ! Sur les coups de 10h, nous attrapons un bus qui nous mène du coté brésilien des chutes… Nous mettons donc un premier pas au Brésil ! Mais pour cette fois-ci, c’est juste un petit saut vite fait, et dès demain, on y retournera pour de vrai ! Les formalités à la frontière sont réduites au minimum : un petit stop à la douane argentine pour le tampon de sortie et même pas d’arrêt du coté brésilien, nous voilà clandestins au Brésil, le temps d’une journée !

Une fois munis de nos tickets d’entrée, nous grimpons à bord d’un bus touristique qui doit nous conduire à travers le parc jusqu’à l’endroit des chutes. Dès le début, un truc nous frappe : le coté brésilien nous semble beaucoup moins sauvage et naturel que le coté argentin ! Surtout la route goudronnée qui travers le parc et l’accès aux voitures, tandis que du coté argentin, tout se faisait à pied ou avec le petit train. Le bus nous dépose aux abords d’un superbe hôtel d’où part l’unique sentier menant aux chutes. Quelques virages plus bas, nous découvrons une vue d’ensemble saisissante et vertigineuse : la majeure partie des chutes se déroule devant nous, formant comme un amphithéâtre ! Nous avons beaucoup plus de recul pour les observer et nous prenons conscience une fois de plus de leur ampleur phénoménale.

Tout au bout du sentier, nous prenons un ascenseur qui permet de monter sur une plateforme et de prendre ainsi un peu de hauteur pour admirer les chutes… la vue est impressionnante, avec un défilé de cascades et un bel arc-en-ciel, un vrai poster !

Vue depuis le sommet de l’ascenseur

Nous nous posons dans l’herbe au soleil pour avaler nos sandwichs avant de reprendre le sentier en sens inverse. Nous nous imprégnons une dernière fois de la vue sur les chutes avant de repartir. Nous attrapons de justesse notre bus, il avait déjà commencé à partir mais par chance, le chauffeur nous a vu courir comme des dératés dans son rétroviseur et s’est arrêté pour que nous laisser monter à bord… ouf !

 

Quel est notre ressenti sur les chutes d’Iguaçu ?

Finalement, après deux journées passées dans le parc national d’Iguaçu, nous pouvons dire sans hésiter que nous avons préféré le coté argentin, qui nous a paru beaucoup plus sauvage et préservé. Nous avons aimé la proximité avec les chutes et les nombreux belvédères qui permettent d’approcher les chutes au plus près. Du coté brésilien, les vues d’ensemble sont splendides et on se rend bien compte de l’ampleur du site, mais le coté bétonné et parc d’attraction nous a un peu déçu… on avait du mal à se sentir dans la nature ! De plus, il n’y a qu’un seul sentier accessible qui se parcourt très rapidement. Quoiqu’il en soit, ça vaut le coup de passer une journée de chaque coté, les deux sites étant complémentaires, les vues y sont différentes et toujours spectaculaires. Les chutes d’Iguaçu feront partie des paysages les plus marquants que nous ayons vu et nous retiendrons principalement le coté à la fois magique et époustouflant des cascades, le vacarme assourdissant de l’eau, les multiples papillons et les splendides arc-en-ciel qui se forment au dessus des chutes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.