Et tourner la page de notre voyage autour du monde…

Le voilà cet article tant repoussé… ces quelques mots qui viennent conclure notre aventure autour du monde ! Je sais que certains d’entre vous l’ont attendu avec impatience mais la tâche n’est pas simple : comment peut-on résumer un an de voyage, de rencontres, de découvertes et d’aventure en seulement quelques mots ! On voudrait dire tellement de choses, et puis il y a aussi des choses pour lesquelles on ne trouve pas les mots justes car elles relèvent des sentiments, des émotions et de notre vécu personnel…

Alors, pour nous faciliter la tâche, on a choisi de présenter cela sous la forme d’une « interview » en reprenant les principales questions qui nous ont été posées suite à notre retour, et qui permettent d’avoir un bon aperçu de notre état d’esprit et de notre ressenti suite à notre voyage.

Quel pays avez-vous préféré ?

Ca, c’est la question qui revient le plus souvent !

Sur le trek des Annapurnas (Népal)

Nous avons choisi de ne pas faire de « classement » dans les pays car cela n’aurait pas vraiment de sens. Tout d’abord parce que les pays où nous avons voyagé sont très différents les uns des autres, et il nous est donc impossible de les comparer. Alors quand on réfléchi à cette question, une foule d’idées nous viennent à l’esprit comme autant d’images qui se succèdent dans nos têtes : l’aventure en transmongolien à travers la Sibérie, partager la vie des nomades en Mongolie, les sommets enneigés des Annapurnas au Népal, la gentillesse et le sourire des Laotiens, le van-trip en Australie & NZ, flâner sur les marchés colorés en Amérique du Sud, les paysages à couper le souffle en Patagonie, grimper à plus de 6000m en Bolivie, l’immensité du salar d’Uyuni, l’ambiance animée à Rio de Janeiro… et je m’arrête là car la liste serait bien trop longue !

Marchand d’offrandes (Varanasi, Inde)

 

Le pays qui nous a le plus marqué : incontestablement, l’Inde ! Certains adorent, d’autres détestent, nous ne pouvons pas dire que nous avons adoré ni détesté mais une chose est sûre, ce pays nous a profondément marqué ! Les couleurs, le mélange d’odeurs bien propre à ce pays, le bruit et le tout-partout, les vaches au milieu du passage, les épices, la cuisine indienne, l’histoire de ce pays, la splendeur des temples hindous, les édifices majestueux, les rencontres que nous avons faites,… l’Inde, c’est un tout, et il faut le voir (et le vivre) pour le croire ! Pour l’apprécier à sa juste valeur, il faut savoir mettre de côté tous nos « standards européens » et s’ouvrir à ce pays à bras ouverts. Avec le recul et quelques mois de voyage, c’est probablement le pays où nous avons le plus envie de retourner (je rêve déjà d’organiser un périple en Inde du Sud… affaire à suivre !)

On a aussi kiffé de pouvoir retrouver certains de nos proches, pour partager un peu notre grande aventure : Sophie & Vincent en Thaïlande, Mathieu & Fanny à Melbourne, Sonia & Bruno à Sydney, Lolotte & Olivier au Chili, Julie & Yannick au Pérou, mes parents et mon frère en Bolivie… tellement de bons souvenirs avec eux !

 

Quels sont vos meilleurs souvenirs ?

Partie de jeu avec Rohit et sa famille (Bodhgaya, Inde)

– Les rencontres : pour nous, la rencontre avec les populations locales était indispensable à la réussite de notre voyage. Parmi nos plus belles rencontres : Sacha & sa troupe à bord du transmongolien, partager le quotidien des familles nomades en Mongolie, le repas partagé avec Rohit et sa famille à Bodghaya (Inde), la journée passée avec Rajesh et les enfants de l’école de Bodhgaya, la soirée du nouvel an improvisée dans une tribu kamu (Laos) sans oublier Magdalena, notre mama chilienne (Île de Chiloé) !

Mirroir naturel au Torres Del Paine (Patagonie, Chili)

 

S’émerveiller et découvrir : rester skotché devant un beau paysage, découvrir de nouvelles cultures et modes de vies, ne pas en croire ses yeux tellement la nature est belle, bref, profiter des choses toute simple de la vie, ça n’a pas de prix !

La « baroud’attitude » : mettre de côté le superflu pour un retour à l’essentiel, la vie de bohême, le sentiment de liberté, vivre avec trois t-shirt et une paire de baskets trouée, notre sac de baroudeurs avec notre maison sur le dos… bref, le bonheur et la simplicité à l’état pur !

 

Et vos moins bons souvenirs ?

Parce que voyager, c’est pas non plus tout beau, tout rose, tous les jours !

Les dômes scintillants de l’église du Sauveur-sur-le-Sang (Saint-Pétersbourg, Russie)

– Le vol dans notre chambre d’hôtel à Bangkok (rien de bien méchant, mais quand même !)

– Les bus de nuit horribles en Inde sur des routes défoncées et les rallyes de bus sur les routes de montagne au Népal… de belles frayeurs !

– Les entourloupes, les gens qui te voient uniquement comme un touriste-consommateur, les rabatteurs qui te sautent dessus à la moindre occasion…

– La tourista en Inde, 4 jours clouée au lit (pour moi), ne plus avoir de force, se sentir dans le mal !

 

Avez-vous des coups de gueule ?

Parce que voyager, c’est aussi avoir un regard critique sur le monde qui nous entoure…

Dame d’une tribu Khamu (nord du Laos)

– La pauvreté de manière générale, les enfants qui travaillent ou qui vendent des bricoles pour récolter quelque sous, les gens dans la rue, les gros écarts de niveau de vie dans certains pays… malgré tout, nous avons constaté que ces personnes avaient toujours le sourire et qu’il suffisait de leur accorder un peu d’attention pour éclairer leur quotidien. Alors je sais, la pauvreté existe aussi chez nous, mais on ne la voit pas du même oeil, à tort surement. En tout cas aujourd’hui, nous n’avons plus le même regard par rapport à cela et nous maudissons ceux qui se plaignent ou qui font grève pour un oui ou pour un non !

– La saleté, les déchets partout, l’extrème pollution dans certaines villes… les gens sont passés au téléphone portable avant même d’apprendre à utiliser une poubelle ou d’avoir accès à l’eau courante ! Autant dire que dans la plupart des pays, on est bien loin du recyclage et du tri des déchets. Parfois, on regarde un paysage sublîme et là, juste à coté de nous, une décharge à ciel ouvert… ça fait mal au coeur !

Animaux qui se nourrissent dans les déchets (Inde)

– Les effets néfastes du tourisme, qui tourne parfois au grand n’importe quoi(exemple à Vang Vieng au Laos, les Full Moon Party en Thaïlande, etc…). Malheureusement, le passage du touriste n’est pas anodin et conduit à dénaturer une partie de la culture et des traditions, qui finissent par se perdre. Le touriste n’est pas toujours très bien perçu et on comprend pourquoi quand on voit le comportement de certains ! Et puis le développement touristique et la banalisation du voyage ces dernières années ne risquent pas d’améliorer les choses !

 

Qu’est-ce qui vous a le plus marqué ?

Moment d’échange avec une moine bouddhiste (Battambang, Cambodge)

Ca peut paraître naïf, et pourtant c’est tout bête : la gentillesse et la générosité des gens ! Lors de notre voyage, nous avons été marqué par l’accueil des populations locales, qui s’intéressent beaucoup à nous, à notre voyage et à notre pays. Bien souvent, ces gens n’ont pas grand chose pour vivre, ils se contentent de peu mais ils sont tellement généreux. Ils savent prendre le temps de vivre et de partager tout simplement. Juste un mot, un échange de regard et hop’ on se retrouve inviter à dîner ou à discuter de tout et n’importe quoi ! Ca nous a fait prendre conscience que dans nos sociétés occidentales, nous avons un peu perdu cette simplicité de vivre, nous sommes obnubiler par le temps et par l’argent ce qui abouti à des comportements égoïstes et opportunistes, mais ceci est un sentiment général bien entendu, ce n’est pas le cas de tout le monde non plus hein (heureusement ^^) !

 

 

Où est-ce que vous avez le mieux mangé ?

Un délicieux « thali », plat traditionnel indien

 

On ne vous cachera rien, trois pays ressortent largement du lot : l’Inde, la Thaïlande et la Chine. L’Inde pour ses délicieux thali et la variété de ses plats à tomber par-terre, la Thaïlande pour ses currys épicés à souhait et ses poissons frais grillés et la Chine pour ses mélanges sucré-salé… Y’a pas à dire, ces pays savent marier les saveurs, mélanger les épices et créer une cuisine haute en couleurs que nous avons adoré ! On a même tellement aimé qu’on a pas hésité à prendre des cours de cuisine lorsque l’occasion se présentait, ça promet de bons menus en perspective !

Scène de vie sur le marché (La Paz, Bolivie)

Nous avons aussi kiffé les fuits exotiques : papaïe, mangue, pastèque, mangoustans, mais aussi les gros avocats gorgés de soleil, les smoothies à la banane… et aussi les marchés colorés et vivants en Asie et en Amérique du Sud qui regorgent de produits frais. Bref, rien que d’y penser, on a le ventre qui gargouille !

Spéciale casse-dédie au B. : les meilleurs fruits de mer, c’était à Kampot, au cambodge : le crabe au poivre vert, une tuerie !

 

Est-ce que vous avez perdu du poids ?

Hihihi, cette question est rigolote ! Alors attention, voilà les révélations digne de la presse people héhé : Nico a perdu 4kg à son grand désespoir, mais il les aura vite repris à en croire sa cure de fromage ^^ ! Et quand à moi, je n’ai rien perdu du tout, même pas 1 gramme ^^, la faute à toutes ces bonnes petites choses à porter de main que voulez-vous !

 

Et combien ça vous a coûté ?

Nous avons dépensé un peu plus de 17000€ chacun, soit quelque chose comme 34000€ à deux, c’est un peu plus que nos prévisions mais comme on dit, quand on aime, on ne compte pas !

Coucher de soleil sur l’Outback (centre rouge, Australie)

Nous avons trouvé le juste milieu entre se faire plaisir tout en respectant notre choix de voyager en mode « routard », c’est à dire avec un budget limité tous les jours.

Pour cela, nous avons utilisé nos précieuses économies récoltées grâce à trois ans de vie (très) active ! Comme quoi le travail n’a pas que des mauvais cotés. Après, c’est une question de choix : certains préfèrent consacrer leurs économies pour acheter une voiture ou un appartement, nous avons choisi de voyager !

Pour ceux qui sont en train de préparer leur voyage et qui souhaiteraient plus de détails sur nos dépenses, c’est par ici !

 

Est-ce que vous avez eu des galères, des coups de blues ?

Nous faisons partie des voyageurs chanceux qui n’ont pas connu de grosses galères ! Nous n’avons quasiment jamais été malade (big up pour nos estomacs costauds), n’avons pas fait de mauvaises rencontres, n’avons pas eu de problèmes d’argent ni de vol ennuyeux (genre portefeuille ou appareil photo) et nous ne nous sommes jamais sentis en insécurité ! La vie est belle quoi !

Wanaka, notre petit coin de paradis… (Île du Sud, NZ)

Alors évidemment, on a fait un peu attention aussi : on a essayé le plus possible de se fondre dans la masse et de pas prendre de risques inutiles, sans être parano non plus, ça relève juste du bon sens et hop’, tout se passe bien !

Pas vraiment de coups de blues non plus, comme nous étions deux, dès que l’un avait une petite baisse de régime, l’autre était là pour lui remonter le moral. A deux on est plus fort, et tout s’est bien passé !

 

Et pas trop dur de se supporter 24h/24 ?

Effectivement, vivre ensemble 24h/24 n’est pas forcément évident, surtout au bout du monde, et on a beau bien se connaître, ça ne suffit pas ! Le voyage constitue une telle remise en question sur les repères de la vie de tous les jours, que ce n’est pas parce qu’on se connait depuis plusieurs années que tout est gagné !

Au sommet du Huayna Potosi, à 6088m ! (Cordillera Real, Bolivie)

Disons que c’est aussi un bon test ! Heureusement, tout s’est bien passé de notre côté : nous avons la chance d’avoir des caractères complémentaires et surtout, d’être sur la même longueur d’ondes. Nous avions tous les deux envie de vivre cette aventure et c’est important de ne pas être en décalage de ce coté-là. Du coup, les choses se sont déroulées naturellement et nous avons su rester soudés et communiquer lorsque cela était nécessaire. Cette aventure a beaucoup renforcé notre couple, car c’est une expérience unique et un projet de vie que nous avons partagé ensemble, main dans la main (rooooh, j’suis un peu poète moi ^^!).

 

Est-ce que votre vision des choses à changé ?

Nomade et ses chevaux, quelque part dans les steppes… (Mongolie)

Bien sûr que oui ! Et heureusement j’ai envie de dire ! Alors évidemment, notre vision des choses a changé, je ne vais pas répéter tout ce que j’ai dit plus haut. Mais nous sommes rentrés avec le sourire aux lèvres : le sourire de l’expérience acquise, le sourire des souvenirs plein la tête, le sourire du changement dans l’esprit, le sourire du « maintenant plus rien ne sera comme avant! » car même si c’est difficile de fermer la parenthèse de cette belle aventure, c’est aussi le début d’un parcours de vie plus en harmonie avec nous-mêmes et avec nos envies.

Aujourd’hui, nous avons une capacité à relativiser face à nos petits problèmes du quotidien et nous sommes plus attentifs aux problèmes de notre planète, au contexte international, aux difficultés que peuvent rencontrer certaines personnes, nous avons envie de nous rendre utile et de nous investir pour de bonnes causes, parce que ce voyage nous a ouvert l’esprit et que nous ne sommes plus tout à fait les mêmes !

 

Et si c’était à refaire ?

Fin de journée à la Vallée de la Luna (Chili)

Si c’était à refaire, on repartirait à 200% ! Je reprends les propos d’autres voyageurs qui considèrent le voyage comme une sorte de drogue, et bien c’est un peu ça : une fois qu’on y a pris goût, il devient difficile de s’en passer. On veut toujours découvrir de nouvelles choses, vivres d’autres expériences, prolonger le voyage autant que possible… un vrai tourbillon infernal !

Si c’était à refaire, peut-être que nous chercherions à faire du bénévolat pour une association dans le but de se rendre utile auprès de ceux qui en ont besoin.

Sur l’archipel de Tinharé (Nordeste, Brésil)

Lors de notre voyage, nous avons parfois eu un sentiment d’impuissance face à la pauvreté par exemple (au Népal, en Inde et de manière générale en Asie du Sud-Est mais aussi en Bolivie), l’impression de n’être que de passage, de profiter des choses qui nous entourent sans pouvoir venir en aide de manière concrète auprès des populations locales. Nous avons privilégié au quotidien une forme de tourisme responsable et notre journée au sein de l’association « une école à Bodhgaya » en Inde figure parmi les meilleurs moments de notre voyage.

Alors une chose est sûre : nous repartirons ! D’abord pour des voyages plus courts, et pourquoi pas une nouvelle aventure autour du monde dans quelques années, peut-être même avec des enfants ! Nous avons envie aussi de vivre une expérience dans un pays, en partant travailler un an ou deux à l’étranger, on pense au Canada, mais rien n’est arrêté pour l’instant, affaire à suivre !

 

Et le retour, pas trop dur ?

La réponse est mitigée bien sûr, il ne faut pas se voiler la face ! D’un coté, nous sommes content d’avoir retrouvé les petites joies de la vie à la française : les retrouvailles avec nos proches, les bons repas, notre belle région, nos maisons de famille, nos ptites affaires,… et puis au début, nous passions une bonne partie de notre temps à parler de notre voyage avec nos proches, alors c’est un peu comme si l’aventure continuait finalement !

Pigments colorés (Cusco, Pérou)

Et puis après quelques semaines, la vie reprend son cours tout doucement. C’est là qu’on se rend compte que rien n’a changé autour de nous, les gens sont dans leur train-train quotidien, alors que nous sommes toujours en train de chercher la nouveauté (ou peut-être qu’on voit les choses d’un oeil nouveau… !) et les considérations terre-à-terre tirent assez vite la sonnette d’alarme : retrouver du travail, un appartement, etc… alors parfois, on a envie de crier au milieu de la rue « hey ho les gens, c’est nous, on a fait le tour du monde !! » (je reprends les propos de Del’ héhé) et c’est vrai ! Alors même si le retour est parfois difficile, on a au moins cette satisfaction d’avoir réalisé notre rêve, de ne pas être comme tout le monde, et d’être nourri de cette belle expérience ! Et puis nous sommes plein d’énergie et nous avons de nouveaux projets en tête, alors finalement le retour, c’est un peu comme un nouveau départ…

 

Un dernier mot ?

C’était un vrai plaisir pour nous de pouvoir partager notre aventure et nos péripéties de baroudeurs à travers ce blog mais aussi de pouvoir donner des ptits coups de pouce à d’autres voyageurs dans la préparation de leur voyage. Spéciale casse-dédie à toute l’équipe du Papa Noyel pour leur surprise qui nous a beaucoup touchés à l’occasion des fêtes de fin d’année… L’aventure ne s’arrête pas là, et on espère bien pouvoir vous faire découvrir d’autres contrées lointaines !

Explorez, rêvez, découvrez… et faites de beaux voyages !

Destinaterre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *