Sur le chemin du retour…

Pour la première fois depuis le début du voyage, c’est la sonnerie du réveil et non pas les gazouillis de notre louloute qui nous tire du lit ! Sauf que Nico a laissé son téléphone à l’heure française et donc la sonnerie retenti avec 1h d’avance… Sauf que Nico ne s’en rend pas compte tout de suite et il commence à faire sa vie, frais comme un gardon 🙂 ! Il vient me réveiller un peu plus tard et là je lui dit « c’est quelle heure ? », « 7h30 », ok je me lève, et là je regarde ma montre et malgré mes yeux ensommeillés, je vois : 6h30… Outch, ça pique ! Nico est dégoutée, cela fait une heure qu’il tourne en rond dans la maison et s’est en fait levé à 5h30 pour rien… bref je rigole bien et me moque de lui, mais je ne suis pas bien réveillée non plus ! On rassemble nos affaires, avalons un café puis remercions chaleureusement le collègue de Nico pour son accueil, il nous a permis de découvrir encore une autre facette du Portugal : la vie rurale et détendue de son petit village où le temps semble s’être arrêté ! Notre idée pour aujourd’hui est de rouler autant que possible, avec comme objectif d’avoir passé la frontière française ce soir ! Bon il ne s’agit pas de la même frontière qu’à l’aller, puisque cette fois-ci, nous changeons de parcours et nous rejoignions le sud-ouest de la France, ce qui nous évitera la traversée longue et monotone du centre de l’Espagne. Alors que nous partons, le soleil rase la campagne et la lumière sur les vignes est superbe, ce n’est donc pas sans un petit pincement au cœur que nous prenons la route ! La louloute s’endort dès les premiers km, ça semble plutôt bien parti, on croise les doigts pour avancer ce matin, pendant qu’il ne fait pas encore trop chaud. Arrivés à la frontière espagnole en milieu de matinée, nous sommes arrêtés par la douane, vu le nombre de véhicules qui circulent, ils n’avaient sans doute pas grand-chose à se mettre sous la dent à part nous ^^ ! Le douanier nous parle en espagnol à toute vitesse, nous avons du mal à le comprendre, nous lui tendons nos passeports machinalement et ne faisons pas les fiers car nous n’avons pas de carte d’identité pour Noémie… et oui, nous n’avons pas eu le temps de la faire avant notre départ pour le Portugal et on est parti en se disant qu’il y avait quand même peu de chance pour qu’on se fasse arrêter par la douane… oups ! Bon on répond aux questions du douanier en gardant le sourire, et celui-ci semble plutôt de bonne humeur ce matin, puisqu’il ne pense même pas à nous demander les papiers d’identité de la petite… ouf ! Il nous salue en souriant puis nous laisse repartir après avoir jeté un œil rapide à l’arrière du camping-car, et voilà ! Nous repartons donc avec notre tite passagère qui dort toujours paisiblement à l’arrière, l’épisode douanier n’a pas du tout perturbé son sommeil !

Saint Jean de Luz_13

Finalement, nous avançons plutôt bien puisque nous arrivons à Burgos en début d’après-midi. Nous décidons de faire un petit stop dans la vieille ville, histoire de nous dégourdir un peu les jambes. Nous trouvons une place de parking à l’ombre (ce qui est presque un luxe vue la chaleur qu’il fait, le thermomètre dépasse les 30°C !), nous concoctons un repas rapide avec les restes du frigo, puis nous voilà partis tous les trois pour rejoindre à pied le centre historique. Un petit tour du côté de l’immense cathédrale, puis nous flânons au hasard des ruelles. Les terrasses des cafés sont remplis de marcheurs de Saint Jacques de Compostelle, d’ailleurs, il semble y avoir beaucoup de français parmi eux. Bref, nous n’aurons qu’un petit aperçu de Burgos, mais un aperçu bien agréable et surtout une halte bien appréciable sur le long trajet. Un petit détour par le supermarché et la station essence du coin, et puis hop, nous laissons Burgos derrière nous !

Cathédrale de Burgos
Cathédrale de Burgos

Burgos_2

Burgos_3

Notre tite passagère ne l’entend plus de cette oreille et ne semble plus décidée à dormir… comment pourrait-on lui en vouloir, elle qui a été si cool lors des trajets depuis le début du périple. Alors on s’arrête un moment, je m’installe avec elle sur la banquette arrière pour jouer un peu et lui chanter quelques chansons, elle semble apprécier puis finit par se rendormir. C’est mon tour à moi aussi de faire un bon petit somme, et je suis réveillée 2h plus tard par Nico en train de se faire engueuler par un policier espagnol parce qu’il a fait un demi-tour non autorisé dans un endroit complètement désert… encore un de ceux qui ne devait avoir rien d’autre de mieux à faire ! Bref, nous ne tardons par à approcher de la frontière française ! Le paysage est de plus en plus vallonné, voire montagneux, jusqu’à ce que nous franchissions la « frontière » entre l’Espagne et la France… l’objectif est atteint pour aujourd’hui ! La trajet de cette première journée nous aura paru beaucoup moins monotone qu’à l’aller, on ne regrette pas d’avoir pris un autre itinéraire !

Nous arrivons à Saint Jean de Luz, pile poile pour le coucher du soleil ! Juste le temps de garer le camping-car dans un camping et nous voilà sur la plage en train d’admirer le spectacle du soleil couchant sur l’océan…

Saint Jean de Luz_1

Saint Jean de Luz_2

Le lendemain, on s’accorde une petite trève dans le long trajet, et nous partons visiter Saint Jean de Luz. Un chemin du littoral permet de relier notre camping jusqu’au centre ville, nous l’empruntons avec la poussette, sauf qu’il n’est pas très carrossable et que ça devient un peu mission 4×4-poussette ! On finit par couper à travers champs pour rejoindre la route, après avoir profité de quelques jolis points de vue sur l’océan.

Saint Jean de Luz_5

Saint Jean de Luz est une ville très mignonne, on ne connaissait que sa voisine Biarritz, mais n’avions jamais fait étape ici, c’est donc plutôt une bonne surprise. La vieille ville est coquette, avec des maisons de style basque et des petites boutiques chics. On passe un bon moment à flâner dans les rues, puis du coté du vieux port de pêche.

Saint Jean de Luz
Saint Jean de Luz

Saint Jean de Luz_8

Saint Jean de Luz_7

Une pause déjeuner plus tard, et nous rentrons au camping. En milieu d’après-midi, nous reprenons la route avec comme objectif de rejoindre Toulouse ! C’est chose faite car nous arrivons dans la soirée et nous passerons la nuit un peu avant Toulouse. Une nuit bien agréable, au milieu des champs et des collines, chez un producteurs qui met à disposition une partie de son jardin pour accueillir les camping-car. Le lendemain matin, nous roulons de nouveau jusqu’à Montpellier. Nous y retrouvons nos amis Sam, Kanchan & Leela pour un pic-nic au bord du canal du midi.

Canal du midi
Canal du midi

Nous terminons la journée à la plage, puis dans un petit resto réunionnais en bord de mer. Quel plaisir de redécouvrir la cuisine réunionnaise !… Il est près de minuit lorsque nous reprenons la route, on voudrait se rapprocher au maximum de chez nous, mais nous sommes vite pris dans des rafales de vent sur l’autoroute, donc on décide de s’arrêter. On passe la nuit au milieu des vignes, bercés par le bruit du vent ! C’est notre dernière nuit dans le camping-car !

Nous savourons notre dernier petit dej le lendemain matin, avec quelques gouttes de pluie comme pour nous signaler que les vacances se terminent ! C’est donc sans regret que nous reprenons la route, nous en avons tellement profité, nous sommes ravis de se voyage. Il nous reste environ 2h de route avant d’arriver chez nous. Sauf que le camping-car semble ne pas vouloir l’entendre de cette oreille, et décide de nous lâcher en plein milieu du trajet : le moteur a calé sur l’autoroute et nous avons juste eu le temps de nous rabattre sur une air de service. Nico tente de redémarrer tandis que je me mets derrière la barrière de sécurité avec la petite. Sauf que rien a faire le moteur tremble et ne redémarre pas… il semblerait qu’on soit bel et bien en panne ! Et c’est dimanche en plus ! Youpi ! On appelle une dépanneuse avec le téléphone SOS de l’autoroute, on se fait dépanné jusqu’au garage le plus proche, et le verdict du garagiste ne fait que confirmer nos doutes : il s’agit bien d’une panne moteur, donc le camping-car risque d’être immobilisé pour un bon bout de temps… et quand à nous, ben on va se faire rapatrier chez nous en taxi ! Heureusement que l’assurance prend tout en charge, parce que dépannage le dimanche + rapatriement en taxi, je préfère ne pas connaitre le tarif ! Bon on prend tout cela avec le sourire, car ça aurait pu nous arriver à un moment bien pire, genre au trajet aller, ou bien en plein milieu du Portugal, et là je pense qu’on aurait moins fait les malins !

Suite des aventures, je vous raconte pas le binz pour faire rentrer toutes nos affaires dans le coffre du taxi ! Sauf que Nico s’est révélé en joueur de tétris, et il a réussi à quasiment tout casé, il reste quelques trucs pas indispensables que nous laissons dans le camping-car et que nous reviendrons chercher plus tard, lors d’un prochain we dans la sud ! Notre puce a été méga-cool pendant toutes ces péripéties, elle n’a pas dit un mot et s’est laissé portée par les évènements sans broncher ! Sans doute qu’elle aime les rebondissements et les imprévus !

IMG_2870 (Copier)

Voilà comment s’achèvent nos aventures portugaises… elles auront durées jusqu’au bout du bout ! En tout cas, nous avons énormément profité de ce premier voyage tous les trois, quel bonheur de partager tous ces moments privilégiés avec notre puce ! Ca en fera des choses à lui raconter ! Le Portugal nous a beaucoup plu, c’est un pays qui regorge de trésors qu’on ne soupçonnent pas et qui pourtant, méritent amplement d’être découvert ! Je ne manquerai pas de faire une petite synthèse sur ce voyage très prochainement !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.