J13 – Frontière Singapour-Johor Barhu… une journée de transport laborieuse

La journée sera consacrée aux transports, car aujourd’hui, nous quittons Singapour pour retrouver la Malaisie. Sur le papier, cela n’a pas l’air très compliqué et la solution la plus économique consiste à prendre le bus « Singapour-Johor Express » (cf détails pratiques à la fin de l’article) mais en réalité, cette journée sera assez éprouvante !

Mais reprenons les choses depuis le début : en milieu de matinée, nous quittons l’hôtel après avoir plié nos bagages et nous voilà partis avec notre chargement en direction de Queen Street, non loin du quartier Little India. C’est de là que partent les bus pour la frontière. L’endroit n’a rien d’une gare routière, ça ressemble plutôt à un terrain vague. Nous nous glissons dans la longue file d’attente et attendons notre tour en observant le va-et-vient. Le principe est simple : une fois le bus rempli de passagers, il s’en va et un autre bus se rempli et ainsi de suite. Jusque là, tout va bien ! Sauf qu’arrivé notre tour, nous sommes les derniers à monter dans le bus, et vu tous nos bagages + la poussette, on demande au chauffeur s’il est possible d’attendre le prochain bus pour avoir plus de place… Non, non, non, nous répond-il, il faut d’abord remplir le bus, sinon il ne partira pas. Pas le choix, nous devons grimper dans le bus déjà quasiment plein. Et pour compliquer un peu les choses, le chauffeur refuse de nous ouvrir la soute, donc nous nous retrouvons avec toutes nos affaires dans le bus, à peine sommes-nous montés qu’il a déjà démarré donc avec les gros sacs sur le dos, la poussette pliée, la demoiselle dans les bras,… autant dire qu’on maudit un peu le chauffeur ! Heureusement les gens autour de nous sont super cool et nous viennent en aide. On trouve deux places, j’installe Noémie sur mes genoux mais elle gesticule dans tous les sens (elle ne doit pas trop comprendre ce qui se passe), donc je la donne à Nico et elle s’endort dans ses bras jusqu’au premier passage de frontière. Là tout le monde descend du bus pour rejoindre le poste frontière, nous voilà donc partis avec nos bagages, et on passe l’épisode du chauffeur qui a failli coincer la tête de Noémie dans les portes du bus en voulant les refermer trop précipitamment. La louloute endormie s’est donc réveillée en sursaut et en hurlant de panique et là j’ai bien cru que Nico allait complètement perdre patience. Bref, la journée s’annonce éprouvante !

File d'attente à Queen Street pour le bus express pour Johor Barhu

File d’attente à Queen Street pour le bus Johor Barhu Express

Singapour_Queen Street 2

Singapour_Queen Street 3

Nous rejoignions l’immense hall du poste frontière et faisons la queue pour que le douanier appose le tampon de sortie sur notre passeport. C’est avec un petit goût amer que nous quittons Singapour… après ces deux journées passées ici, on est un peu déçus que la matinée ne se soit pas bien passée et on a pas trop compris pourquoi le chauffeur nous a pris en grippe comme ça. Les gens rencontrés jusqu’ici était tous adorables, que ce soit en Malaisie ou à Singapour, il faut croire que celui-ci doit être l’exception qui confirme la règle. Mais bon, passons ! La journée ne fait que commencer ! Une fois sortis de Singapour, nous voici dans un no man’s land et il nous faut prendre un autre bus qui nous conduit quelques km plus loin au poste-frontière pour entrer en Malaisie. Rebelotte, on descend du bus avec tous nos bagages et heureusement, notre demoiselle a retrouvé le sourire, elle gambade dans la douane et s’arrête devant les gens pour leur faire des sourires… ! On dirait que l’épisode de la tête coincée dans les portes du bus n’est plus qu’un mauvais souvenir et on est content de la retrouver comme ça. Un coup de tampon plus tard, nous voici de nouveau les bienvenues en Malaisie ! Ouf !

Le poste frontière est immense, le hall est flambant neuf et on se perd un peu. Maintenant, nous devons prendre un troisième bus pour rejoindre la gare routière, située en périphérie de la ville de Johor Barhu. Cette fois-ci, nous ne sommes pas très nombreux dans le bus et avons donc tout le loisir d’étaler nos affaires sur les sièges libres. Nous partageons le trajet avec un voyageur italien, et en profitons pour papoter un peu et échanger quelques bons tuyaux sur nos visites respectives… ça dépend l’athmosphère assez électrique entre nous ! Nous arrivons donc à la gare routière après avoir enchainer trois bus et deux postes-frontière, et… ce n’est toujours pas terminé ! La matinée était marathon, on en peu déjà plus, on hésite presque à rester à Johor Barhu et à repartir le lendemain, mais il n’y a vraiment aucun intérêt.

Nous achetons donc nos billets pour le 4ème bus de la journée, qui nous mènera à Mersing, une petite ville sur la côte est qui sert d’embarcadère pour rejoindre l’île de Tioman. Le bus ne part qu’à 14h30, ce qui nous laisse le temps de manger un morceau sur place et de nous poser un peu… joie ! Puis à l’heure convenue, nous grimpons à bord d’un vieux tacot tout pourri et crasseux, mais nous relativisons car nous n’avons que 2h de trajet à faire et que nous passerons la majeure partie du temps à roupiller. On jette un coup d’œil de temps en temps par la fenêtre mais le paysage se limite à des champs de palme à perte de vue… c’est un peu désolant !

Nous arrivons à Mersing en fin d’après-midi, et à peine sommes nous descendus du bus qu’une nana se précipite sur nous pour nous vendre des billets de bateau… Bon elle est sympa et nous expliquera tout comment ça marche ! Il faut savoir que les bateaux qui font la liaison Mersing-Tioman circulent en fonction des horaires de marée, donc ça change tous les jours et le prochain bateau part à 23h30… on décide de ne pas prendre celui-là et de dormir une nuit à Mersing pour partir tranquillement le lendemain matin.

La rivière de Mersing

La rivière de Mersing

Malaisie_Mersing 4

Malaisie_Mersing 2

La fin de la journée sera donc occupée entre trouver un hôtel, déposer nos affaires, prendre une bonne douche, boire un verre en terrasse puis faire un tour rapide dans la ville qui n’a rien d’exceptionnel, c’est surtout un point de passage pour les personnes qui se rendent sur Tioman. Il y a beaucoup de chats errants bien crasseux, Noémie doit avoir un détecteur à chat dans la tête car elle les repère à des km à la ronde ! Elle voudrait bien les caresser et leur courir après mais vu leur état, on essaie de la distraire en allant faire un tour le long de la rivière pour aller vois les jolis bateaux de pêche colorés puis nous repérons l’embarcadère pour le lendemain matin. La fin de la journée s’écoule paisiblement, nous nous mettons à la recherche d’une échoppe pour manger du poisson (spécialité de la ville, à ce qu’il parait) mais nous n’en trouvons aucune. Nous laissons tomber l’idée du poisson et mangeons dans un boui-boui en bas de notre hôtel. La serveuse est très attentionnée envers Noémie et le cuisinier lui concocte un porridge avec des fruits secs. Un petit détour au 7 eleven pour récupérer trois bricoles puis nous rentrons à l’hôtel… vivement demain !

De belles couleurs du soir à Mersing !

De belles couleurs du soir à Mersing !

Pour rejoindre la Malaisie (Johor Barhu) depuis Singapour :

  • Bus Singapour-Johor Express
  • Prix du trajet = 3,30$
  • Point de départ : Queen Street près de Little India (ce n’est pas une gare routière mais plutôt un grand parking)
  • Le premier bus vous mène de Queen Street jusqu’à la frontière de Singapour. Là il faut descendre du bus avec tous ses bagages pour passer le poste frontière. Puis prendre un autre bus (pas besoin de repayer de ticket, par contre il faut bien penser à conserver le ticket du premier bus) qui vous mène jusqu’à la frontière malaise. De nouveau descendre du bus avec les bagages pour passer la frontière. Et enfin, prendre un 3ème bus qui vous conduit jusqu’à la gare routière de Johor Barhu.
  • Ces trois trajets de bus se font avec le même ticket, qu’il faut bien conserver pour éviter de repayer !
  • C’est le moyen le plus économique de rejoindre la Malaisie depuis Singapour

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *