{Sicile #1} Le charme pittoresque de Cefalu

La première étape de notre voyage en Sicile fut la petite ville de Cefalu, située sur la côte nord de l’île. Nous l’atteignons après environ 1h30 de route depuis l’aéroport de Palerme. Après une longue journée de transport, nous ne sommes pas fâchés de déposer nos affaires dans notre petite maison qui surplombe la mer… il fait déjà nuit, mais cela promet une belle vue pour demain matin ! On papote un moment avec Ricardo (notre hôte Airbnb) avant de ressortir pour faire quelques courses : on se perd un peu dans les rues de Cefalu qui tournicotent dans tous les sens (même le GPS a du mal à suivre), pour finalement trouver notre bonheur dans une petite supérette et rentrons à la maison pour nous faire la popotte. C’est notre première soirée de vacances et nous sommes super contents d’être arrivés en Sicile !

Le lendemain matin, après un petit dej gargantuesque sur le balcon face à la mer (j’aurais dû grandir, face contre terre, j’aurais pu mourir… et bam ! Vous avez la chanson dans la tête mouhaha), nous voilà donc partis pour aller visiter Cefalu. Cette petite station balnéaire au charme pittoresque est construite au pied d’un imposant rocher : la rocca di Cefalu. Nous laissons la voiture et partons explorer le centre historique à pieds ! On se fraie un passage à travers les petites ruelles, entre les vieux vespa et les piétons, et l’accent mélodieux de la langue italienne qui s’échappe à tous les coins de rue… Que c’est bon d’être là, de flâner le nez en air, de se mettre au rythme de la dolce vitta sicilienne… j’adore !

Nico tente de capter les mots d’italien qu’il entend et de se remémorer ses cours du lycée mais il mélange avec l’espagnol… il faut dire qu’entre temps, le tour du monde est passé par là, et c’est plutôt l’espagnol que nous avons pratiqué ! Quand à notre demoiselle, elle fait sa vie ! Elle veut marcher comme une grande (entendez par là : sans nous donner la main), monter-descendre des trottoirs en tenant ses petites mains dans son dos, et jeter un œil dans toutes les boutiques qu’elle voit, au cas où il y aurait un bibelot à attraper ! Des papis siciliens viennent lui taper la causette, et les passants lui lancent des « ciao bambina » à tout va… bref, on kiffe l’ambiance à Cefalu !

Cefalu1

Je ne saurais vous dire quel parcours nous avons suivi dans la ville. Mais ceci n’a pas grande importance puisque le centre historique n’est pas très grand et on s’y repère facilement. On s’est laissé guider par nos pas dans un dédales de ruelles pavées jusqu’à atteindre la « piazza del duomo » où se dresse la belle cathédrale (duomo) de Cefalu, un « fleuron de l’architecture arabo-normande », d’après notre guide. Elle est célèbre pour les belles mosaïques byzantines qui sont les plus anciennes et les mieux préservées de Sicile. Vous l’aurez compris : un petit tour dans la cathédrale s’impose ! L’intérieur est somptueux et mérite la visite mais on ne s’attarde pas très longtemps car bizarrement, notre demoiselle n’est pas encore très sensible aux mosaïques byzantines, elle préfère courir partout dans les allées et entre les bancs… et on est bien d’accord sur un point : c’est beaucoup plus fun !

On continue nos flâneries en nous perdant à travers les rues, on s’attarde par-ci, par-là tandis que notre demoiselle s’endort dans le dos de Nico puis on suit le panneau du « tempio di diana » mais en réalité, celui-ci est situé tout au sommet du rocher, donc nous décidons de remettre l’expédition (oui, oui s’en est une, n’ayons pas peur des mots ^^) à demain !

Nous nous posons dans un resto choisi au pif, à l’écart de la rue principal, et goûtons de délicieuses bruschettas, des petites tartines de pains recouvertes de tomates fraiches, et parmesan, d’huile d’olive et d’origan… c’est un pur délice ! L’assiette que nous partageons tous les trois ne fait pas long feu et je me lèche encore les babines rien que d’y repenser !

Puis retour à la maison pour la sieste… enfin, quand je dis sieste, ne vous imaginez pas que notre demoiselle a dormi… ce serait trop beau ! Pfiou mes doux rêves de repos et de tranquillité envolés en 2 secondes car à peine sommes nous arrivés qu’elle pétait la forme bien entendu ! Celui qui a dormi, c’est Nico 🙂 ! Pendant ce temps là, j’ai bouquiné sur la terrasse (enfin quand je dis « bouquiner », il faut comprendre : lire 10 lignes avant d’être interrompu par mon petit crapaud, puis relire 10 lignes, etc… on est bien d’accord qu’avec les enfants, la notion de lecture n’est plus tout à fait la même mais j’ai développé une capacité extraordinaire à être pluri-tâches ^^) pendant que ma demoiselle jouait avec le chat des voisins (qui était moyennement heureux, le pauvre).

Bref, après ce petit interlude, nous voilà repartis pour passer la fin d’après-midi sur la plage de Cefalu, un long croissant de sable fin qui s’étend au pied de la ville, sur plusieurs km de long. Victime de sa réputation, la plage est bondée l’été, mais mi-septembre (période à laquelle nous y étions), il n’y avait pas grand monde et c’était vraiment agréable. L’eau était encore à une température idéale, et nous avons passé un bon moment avec ma bambina, je l’ai emmené jouer dans les vagues et elle était ravie. Puis elle a joué dans le sable à remplir et vider son mini-sceau à l’aide de sa mini-pelle, je ne regrette pas de les avoir emmené ces deux là !

Et avant de rentrer « chez nous », nous sommes allés tout au bout de la jetée pour voir le coucher du soleil… vraiment superbe de voir les façades des maisons se parer de couleurs dorées ! Pendant ce temps là, il y avait une messe en plein air, avec des élus de la ville probablement car des messieurs portaient leur écharpe officielle… bref, on s’est fait discret pour ne pas gêner le déroulement et on a profité de cette belle fin de journée. J’adore ces débuts de vacances, quand tu profites de l’instant présent et que tout est encore à faire !

Cefalu2

Le lendemain matin, direction la rocca di Cefalu ! Autrement dit, le gros rocher qui se dresse en arrière-plan de la ville. Il est possible de grimper au sommet en montant toute une série d’escaliers, cela nous a vaguement rappelé notre montée au mont Phu Si à Luang Prabang ! Le panorama qui se dévoile au fur et à mesure de la montée est de plus en plus beau et une fois en haut, on a pu admirer une superbe vue sur le bleu profond de la mer Tyrrhénienne, sur les toits de tuiles rouges de Cefalu, sur les collines environnantes… magnifique ! Le rocher abrite également les ruines d’une citadelle, ainsi que les vestiges du fameux tempio di Diana, dont les fondations remonteraient au 9ème siècle avant J.C. D’ailleurs, les murs du temple nous ont fait penser aux constructions incas que nous avions vu dans la vallée sacrée de Cusco au Pérou, car les gros blocs de pierre sont taillés de manière à ce que les pierres s’emboitent parfaitement les unes dans les autres.

En tout cas, la montée à la Rocca vaut vraiment le coup, c’est vraiment accessible même avec des enfants et c’est une ballade que je recommande car la vue est très belle et l’endroit est tranquille, il y a des coins d’ombre ! Idéalement, il faut même prévoir le casse-croute pour manger en haut, chose que nous n’avions pas prévue… alors nous sommes redescendus en bas et avons mangé dans un resto en bord de mer, des délicieuses pâtes « à la norma » (sauce aubergines, tomates et parmesan) et un risotto aux fruits de mer… delicioso {soupir} ! Puis nous avons repris la route car oui, c’était déjà la fin de notre étape à Cefalu ! On peut dire que cette première étape nous a vraiment séduite et on a tout de suite été sous le charme de la Sicile !

Nous avons donc laissé Cefalu derrière nous pour nous diriger plein est, direction Taormine ! Le trajet par l’autoroute qui longe le littoral dure environ 2h, parsemé de nombreux tunnels. Lorsque l’on arrive près de Mersine (à la pointe nord-est de la Sicile), on aperçoit les côtes de l’Italie qui paraissent toutes proches. C’est d’ailleurs de là que partent les bateaux qui font la liaison entre la Sicile et l’Italie du sud. Quand à nous, nous avons poursuivi notre route jusqu’à Taormine, et avons pris nos quartiers au B&B Sole, au cœur d’un grand jardin planté de citronniers et avec une jolie vue sur l’Etna et ses fumerolles. Mais ça, c’est une autre histoire qui fera l’objet d’un prochain article !

En résumé : nos incontournables à Cefalu :

  • Flâner dans le centre historique, sur la piazza del Duomo et découvrir l’intérieur somptueux de la cathédrale
  • Se mettre au rythme de la dolce vitta sicilienne
  • Se baigner sur la belle plage de Cefalu, si possible en hors saison, pour échapper à la foule
  • Assister au coucher du soleil depuis la jetée, je trouve que c’est le soir que les façades sont les plus belles, lorsqu’elles sont toutes dorées par le soleil couchant
  • Goûter la délicieuse cuisine sicilienne
  • Grimper au sommet de la rocca di Cefalu pour profiter de la superbe vue et découvrir les ruines du tempio di Diana

Le petit plus avec bébé :

  • Eviter la poussette, car les rues sont toutes pavées, ça monte et ça descend… Le porte-bébé est beaucoup plus pratique !

Et vous, est-ce que vous connaissez Cefalu ? Est-ce que cette petite ville sicilienne vous a plu ?

2 Commentaires

Ajoutez les vôtres
  1. 1
    Voyage Way

    Même si Cefalu n’est pas énorme, c’est l’un des endroits que j’ai préféré en Sicile.
    La vue sur la ville depuis la jetée est magique (la photo classique que l’on retrouve un peu partout).
    Arpenter les ruelles du village permet de faire une belle balade et la piazza del Duomo est très jolie.
    Juste en face du duomo, sur la gauche de la place, un café propose de délicieux petits gâteaux aux amandes, typiques de Sicile 🙂

    • 2
      veronico

      Tu as très bien résumé tout le charme de Cefalu ! Nous aussi avons beaucoup aimé notre petit séjour là-bas, flâner le nez en l’air et s’imprégner de la dolce vitta sicilienne, c’était une bonne entrée en matière pour notre périple en Sicile !
      A bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *